Atelier 1. Néolibéralisme et religion (22 juin 2017)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son premier atelier le 22 juin 2017 à Paris,  sur le thème Néolibéralisme et religion.

22 Juin 2017, 10h-16h30

ENS – Salle R2-02

48, bd. Jourdan, 75014 Paris

En prenant pour hypothèse que le néolibéralisme, davantage qu’un système économique, est un mode général de régulation des existences humaines (Pierre Dardot, Christian Laval, 2010 ; David Harvey 2007; Thomas Lemke 2001), une configuration historique déterminant des rapports de domination et un mode de vie spécifique, cet atelier vise à questionner la place de la religion à l’intérieur d’une telle configuration. Par là, notre objectif n’est pas de mesurer simplement les effets de l’économie sur la religion. Il s’agit plutôt de nous interroger sur les différentes modalités de reformulation du religieux dans le contexte de pratiques politiques et économiques qui promeuvent un individu entrepreneur et responsable de lui-même, tout en érodant la prise en charge collective de celui-ci. Il ne s’agit donc pas de réduire les comportements religieux à de l’économie religieuse en étendant sans précaution la théorie du marché au champ des faits religieux (Lionel Obadia, 2013 ; Philippe Gonzalez) ; ni de considérer que l’idéologie néolibérale ne doit sa domination qu’à la production d’une nouvelle « croyance » économique (Frédéric Lebaron, 2000).

Suivant la perspective définie par le programme PSL « Agenda pour une sociologie critique des religions », qui vise à réinscrire le religieux dans le social, nous chercherons à mieux cerner les logiques d’affinité, les tensions et les analogies qui relient les différentes formes de recompositions religieuses à un contexte sociopolitique profondément travaillé par la pénétration des logiques néolibérales (Jesús García Ruiz, Patrick Michel : 2012 ; Florence Bergeaud-Blackler, 2017). Une telle approche suppose de dépasser les cloisonnements disciplinaires, tout en ouvrant la sociologie des religions sur les débats plus larges des sciences sociales, dans le cadre d’un dialogue avec l’anthropologie, l’histoire, les sciences économiques et les sciences politiques.

Bibliographie
Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte, 2010.
David Harvey, A brief history of Neoliberalism. Oxford, Oxford University Press, 2007.
Thomas Lemke, “The Birth of ‘Bio-Politics’: Michel Foucault’s Lecture at the Collège de France on Neo-Liberal Governmentality.” Economy & Society 2001, 30(2): 190-207.
Lionel Obadia, La marchandisation de Dieu. L’économie religieuse, Paris, CNRS Editions, 2013.
Frédéric Lebaron, La croyance économique, Paris, Seuil, 2000.
Jesús García Ruiz, Patrick Michel, Et Dieu sous-traita le salut au marché, Paris, Armand Colin, 2012.
Florence Bergeaud-Blackler, Le marché halal ou l’invention d’une tradition, Paris, Le Seuil, 2017.

Programme de la journée

10h00-10h45 : Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Croyances économiques et croyances religieuses : retours sur un débat ancien. Résumé et biblio
10h45-11h30 : Philippe Gonzalez (UNIL, Thema), S’enrichir pour imposer l’hégémonie chrétienne: le marché, les apôtres charismatiques et Trump. Résumé et biblio
11h30-12h30 : Discussion
Pause (12h30 – 14h00)
14h00-14h45 : Florence Bergeaud-Blackler (CNRS, IREMAM), Le marché halal ou l’alliance du fondamentalisme religieux et du néo-libéralisme. Résumé et biblio
14h45-15h30 : Lionel Obadia (Université Lyon 2, LARHRA), « Marchandisation du sacré » ? du bon usage d’une mauvaise métaphore, et vice-versa. Résumé et biblio
15h30-16h30 : Discussion

Discutant : Patrick Michel (CNRS-EHESS, Centre Maurice Halbwachs).

Présentation

Ce carnet vise à rendre compte des activités du programme PSL « Agenda pour une sociologie critique des religions » (ACSREL). L’objectif de ce programme, qui prévoit notamment l’organisation au cours des trois prochaines années d’ateliers et de journées d’études, est de réfléchir aux enjeux théoriques et méthodologiques d’un « retour du social » en sociologie des religions. Il s’agit d’ouvrir la sociologie des faits religieux sur les débats plus généraux des sciences sociales, en s’interrogeant sur ce qui relient les terrains religieux aux évolutions plus larges de la société et en relativisant toute distinction ontologique entre faits sociaux et faits religieux. Nous nous intéressons en particulier aux conditions de la réflexivité en terrain religieux et à trois notions qui rejoignent les débats de la sociologie générale : institution, individualisation, (post)sécularisation. Ce travail se fait en dialogue avec l’anthropologie, l’histoire et les sciences politiques.
Ce carnet s’adresse à tous les chercheurs et étudiants qui, confrontés sur leurs terrains de recherche à des objets religieux, cherchent des outils théoriques et méthodologiques pour en rendre compte du point de vue des sciences sociales.