Enregistrements de l’atelier 7 “Pratiques religieuses dans l’espace urbain”

Les enregistrements audio des quatre interventions de l’atelier 7 du programme, sur le thème Pratiques religieuses dans l’espace urbain. Approches géographiques et sociologiques”, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur “enregistrement audio”.   

 

 

Hugo Suarez (IIS-UNAM, IHEAL Sorbonne Nouvelle). La religion dans les rues : analyse des expressions religieuses dans un quartier populaire de Mexico City.

Résumé    Enregistrement

 

Julie Picard (Université de Bordeaux). Les territorialités religieuses des migrants africains chrétiens : entre dynamiques identitaires et recompositions urbaines discrètes.

Résumé     Enregistrement

 

David Garbin (University of Kent). Espace-temps de l’urbanisation religieuse et visions territoriales dans les mega-cities.

Résumé     Enregistrement

 

Irene Becci (Université de Lausanne). Les parcs publics comme hétérotopies religieuses.

Résumé     Enregistrement

Atelier 7. Pratiques religieuses dans l’espace urbain (9 octobre 2019)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son prochain atelier le 9 octobre 2019 à Paris,  sur le thème Pratiques religieuses dans l’espace urbain. Approches géographiques et sociologiques”.

 

9 octobre 2019, 14h-18h30

ENS

48 bd. Jourdan, 75014 Paris

Salle R2-02

PROGRAMMME

14h-14h50. Hugo Suarez (IIS-UNAM, IHEAL Sorbonne Nouvelle). La religion dans les rues : analyse des expressions religieuses dans un quartier populaire de Mexico City.

14H50h-15h40. Julie Picard (Université de Bordeaux). Les territorialités religieuses des migrants africains chrétiens : entre dynamiques identitaires et recompositions urbaines discrètes.

(Pause)

16h-16H50. David Garbin (University of Kent). Espace-temps de l’urbanisation religieuse et visions territoriales dans les mega-cities.

16h50-17H40. Irene Becci (Université de Lausanne). Les parcs publics comme hétérotopies religieuses.

17h40-18h30. Discussion générale

 

RÉSUMÉS DES INTERVENTIONS

Hugo Suarez. La religion dans les rues : analyse des expressions religieuses dans un quartier populaire de Mexico City.

Cet exposé présente les données ethnographiques issues d’une recherche menée dans le quartier populaire d’Ajusco, au sud de Mexico. Il montre la manière dont la religion s’exprime dans l’espace public dans deux situations distinctes : d’une part, les espaces officiels des entrepreneurs du salut (temples et églises) ; et d’autre part, les manifestations populaires qui ne relèvent pas des autorités ecclésiales mais plutôt de l’initiative des croyants (chapelles, croix). Je m’intéresserai en particulier au Monumento a la Piedra, un rocher devenu lieu de réunion pour plusieurs expressions religieuses populaires et un monument public qui a finalement disparu en l’espace de dix ans. J’expliquerai en quoi ce processus fait partie d’une resémantisation de l’espace par les croyances, qui construisent un environnement assignant de nouvelles significations au territoire. De même, j’évoquerai l’importance des images et des pèlerinages dans l’élaboration d’un réseau de significations religieuses ancrées territorialement.

Suarez, H., 2015. Creyentes urbanos. Sociologia de la experienca religiosa en una colonia popular de la ciudad de Mexico, Mexico, UNAM. Suarez, H., 2018. “Socioantropología de la religión en México. Historia y horizontes”, en Revista Cultura y Representaciones Sociales, 12, (24) : 9-16. Site Internet : http://hugojosesuarez.com/creyentesurbanos/site/intro.html

Julie Picard. Les territorialités religieuses des migrants africains chrétiens : entre dynamiques identitaires et recompositions urbaines discrètes.

Cette intervention s’appuie sur nos travaux de recherche en géographie, réalisés au Caire et à Toulouse, et portant sur les processus d’ancrage urbain – temporaire ou durable – de migrants africains chrétiens (notamment protestants évangéliques). Elle propose d’interroger à la fois les liens entre géographie, pratiques, croyances et mobilités religieuses, ainsi que la place et le rôle des territoires religieux, matériels et symboliques, dans les parcours et la vie quotidienne de migrants de confession chrétienne, originaires du sud du Sahara. Nous tenterons de démontrer que ces (micro)territoires, qu’ils soient produits par les migrants eux-mêmes ou co-produits, peuvent servir de ressource, de leviers d’ancrage urbain afin de mieux vivre l’attente et d’affirmer, ou de réviser, leurs appartenances identitaires. Si l’espace urbain d’accueil peut participer à la redéfinition des identités des personnes en exil, ces dernières recomposent également, souvent de manière discrète et précaire, les territoires urbains qu’elles habitent (ce qui interroge par la même occasion la méthodologie du chercheur, soucieux de mieux saisir les liens entre migrations, religions et espaces urbains).

Bava S. et Capone S., 2010 – « Religions transnationales et migrations : regards croisés sur un champ en mouvement », Autrepart n°56, p. 3-15. Bava S. et Picard J., 2010. « Les nouvelles figures religieuses de la migration africaine au Caire », Autrepart 56(4) : 153-170. Dejean F., Endelstein L., 2013, « Approches spatiales des faits religieux. Jalons épistémologiques et orientations contemporaines », Carnets de Géographes n°6. Endelstein L., Fath S., Mathieu S. (dir.), 2010, Dieu change en ville. Religion, Espace et immigration, Paris, L’Harmattan. Picard J., 2016. « De lieu de passage au territoire d’ancrage : les Églises du Caire et les migrants africains chrétiens », Les Cahiers d’Outre-mer 2016/2 (274) : 133-160.

David Garbin. Espace-temps de l’urbanisation religieuse et visions territoriales dans les mega-cities.

Cette communication a pour objet d’examiner la relation entre l’urbain et le religieux en considérant les dynamiques liées à l’économie morale de la production des espaces, plus spécifiquement en relation avec les enjeux politiques de la pluralité, du développement et de l’aménagement urbain. On prendra pour exemples plusieurs terrains récents effectues dans des ‘villes globales’ (Londres, Atlanta, Lagos, Kinshasa) pour discuter des notions de ‘religion urbaine’ (urban religion, Robert Orsi) et ‘d’urbanisation religieuse’ (religious urbanisation) en utilisant de façon critique le concept de spatial fix développé par David Harvey. En focalisant plus particulièrement sur Lagos au Nigeria nous montrerons également comment une mise en lumière des espace-temps religieux (vision, projection, aspiration) peut nous permettre d’envisager les stratégies de territorialisation sous l’angle particulier des infrastructures matérielles et spirituelles, dans un contexte de ‘mega-urbanisation’ et de concurrence intense pour les ressources foncières.

Garbin, D., « Visibility and invisibility of migrant faith in the city: diaspora religion and the politics of emplacement of Afro-Christian churches », Journal of Ethnic and Migration Studies 39(5) : 677-696. Garbin D. et A. Sthran (eds.), Religion and the Global City, Londres, Bloomsbury. Harvey, D. (2001) Spaces of Capital: Towards a Critical Geography. Edinburgh: Edinburgh University Press; New York: Routledge. Orsi, R. (1999), ‘Introduction: Crossing the City Line’, in R. Orsi (ed.), Gods of the City. Religion and the American Urban Landscape, 1–78, Bloomington: Indianapolis University Press.

Irene Becci. Les parcs publics comme hétérotopies religieuses

Dans les contextes urbains de nos sociétés contemporaines, les parcs publics sont souvent conceptualisés comme des espaces sociaux hétérotopiques (Gandy, 2015). À partir d’observations empiriques et de réflexions théoriques menées dans le cadre d’une étude sur le militantisme écologique en Suisse et d’une autre recherche sur la diversité religieuse en Allemagne, cette présentation porte sur les pratiques religieuses qui se déroulent dans des parcs publics de deux villes européennes. Qu’il s’agisse de festivals, de réunions régulières ou de pratiques individuelles, des pratiques liées à la religion ou la spiritualité sont de fait présentes dans les parcs publics urbains. Je m’intéresserai à l’importance symbolique de ce type de lieux ainsi qu’aux discours qui accompagnent ces pratiques. Les références à la spiritualité ou à la nature oscillent entre idéalisation et antagonisme. Les parcs publics urbains sont en effet pour les habitants des villes les réceptacles symboliques d’un imaginaire de la nature et des espaces contestés, exposés à différentes appropriations séculières ou religieuses.

Becci, I., Burchardt, M. et Casanova, J. (eds.), 2013. Topographies of Faith. Religion in Urban Spaces, Leiden, Brill. Becci, I., Fahramand, M. et Grandjean, A., (à paraître). « The (b)earth of a gendered eco-spirituality : globally connected ethnographies between Mexico and the European Alps », in A. Fedele et K. Knibbe (eds.), Secular Society, spiritual selves ? Gendering the overlaps and boundaries between religion, spirituality and secularity, Londres, Routledge. Gandy, M., 2015. Écologie queer. Nature, sexualité et hétérotopies, Paris, Eterotopia.

Enregistrements de l’atelier 6 “Quand la religion prend corps”

Les enregistrements audio des trois interventions de l’atelier 6 du programme, sur le thème “Quand la religion prend corps. Corps et croyance : approches empiriques et méthodologiques”, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur “enregistrement audio”.

 

Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier (CNRS – Iris, Paris), Un transhumanisme « à mains nues » : sociologie de la promesse du jeûne.

Résumé         enregistrement audio

 

Joël Laillier (CMH – Paris), La vocation, l’ascèse et la mortification. Sur les usages et les apports de notions religieuses pour l’étude sociologique du métier de danseur.

Résumé     enregistrement audio

 

Sylvaine Derycke (CRBC – Brest), Ascèse sportive et mode de vie communautaire à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) : réflexions autour de l’usage de l’analogie religieuse.

Résumé        enregistrement audio

Atelier 6. Quand la religion prend corps (15 mars 2019)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son sixième atelier le 15 mars 2019 à Paris,  sur le thème “Quand la religion prend corps. Corps et croyance : approches empiriques et méthodologiques.

15 mars 2019, 14h-18h

ENS

48 bd. Jourdan, 75014 Paris

Salle R2-02

La place ambivalente du corps dans l’expérience religieuse est un thème classique en sciences sociales des religions. Cette journée d’études vise à réinterroger cet objet connu, mais en déplaçant la focale vers une analyse du religieux hors des seules religions institutionnelles, dans une perspective qui est aussi méthodologique : on peut ainsi penser à des formes contemporaines de «  sacralisation » du corps ou à différents types de travail « d’ascétisation » du corps au nom d’un idéal, « séculier » ou « spirituel ».

Dans un premier temps, il s’agirait de s’interroger sur les liens, même ténus, entretenus avec les religions historiques par le biais de concepts tels que « religieux sécularisé », « sacralité laïque » ou encore « morale laïque ». Ces concepts, nés dans les années 70, dans un contexte de remise en question du paradigme de la sécularisation selon lequel les religions seraient vouées à disparaître, postulaient l’existence, à côté des formes traditionnelles ou renouvelées, de « religions de substitution ». Ainsi, cette question participe de l’idée selon laquelle il y a mutation et non disparition du religieux : les religions institutionnelles n’ont plus le monopole du religieux, d’autres activités peuvent faire l’objet d’investissements de genre religieux et ainsi légitimer une analyse en termes de sociologie des religions ou d’anthropologie religieuse. C’est dans cette perspective que de nombreux chercheurs se sont aventurés à enquêter sur des terrains éloignés de la sphère proprement religieuse, mais en maintenant le cadre théorique de l’analyse du religieux. Dans les années 80, on étudie des objets de recherche tels que les idoles de la musique, les meetings politiques (Rivière, 1988) ou encore le sport (Bromberger 1995 ; Augé, 1982). Ces terrains deviennent des observatoires privilégiés des « transferts de sacralité » ou des résurgences de la religiosité.  Quelle est la portée de ces investigations aujourd’hui en sciences sociales ? Dans un second temps, il s’agirait de questionner l’usage de concepts issus de la sociologie des religions hors de son champ : vocation, conversion, ascèse… Les travaux des sociologues du sport portant sur les fabriques des sportifs de haut niveau – telles que les centres de formation destinés aux apprentis footballeurs (Bertrand, 2012), aux coureurs (Schotté, 2012) et aux cyclistes (Lefèvre, 2010), ou encore les écoles de danseurs (Laillier, 2017) – s’inscrivent dans cette perspective.

Si ces outils se montrent pertinents pour saisir les spécificités de l’objet étudié, l’usage débridé de l’analogie religieuse (de manière plus ou moins explicite) peut aussi prêter à confusion. Cette journée sera ainsi l’occasion de revenir sur un débat récurrent, celui de la légitimité de l’élaboration d’une définition extensive du religieux par les sciences sociales.

Références bibliographiques

Augé M., (1982). « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, n°19, pp. 59-67.
Bertrand J., (2012), La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute.
Bromberger C., (1995). Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris : Éditions de la MSH.
Laillier J., (2017). Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris, Paris, CNRS Editions.
Lefèvre N., (2010). « Construction sociale du don et de la vocation de cycliste », Sociétés contemporaines, n°80, p. 47-72.
Piette A.et Rivière C. (dir.), (1990). Nouvelles idoles, nouveaux cultes, dérives de la sacralité, Paris, L’Harmattan.
Rivière C., (1988). Les liturgies politiques, Paris, PUF.
Schotté M., (2012). La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains, Paris, Raisons d’agir.

PROGRAMME

14h-15h. Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier (CNRS – Iris, Paris), Un transhumanisme « à mains nues » : sociologie de la promesse du jeûne.

15h-16h. Joël Laillier (CMH – Paris), La vocation, l’ascèse et la mortification. Sur les usages et les apports de notions religieuses pour l’étude sociologique du métier de danseur.

(Pause)

16h15-17h. Sylvaine Derycke (CRBC – Brest), Ascèse sportive et mode de vie communautaire à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) : réflexions autour de l’usage de l’analogie religieuse

17h-18h. Discussion générale

Discutant : Charles Suaud (CENS – Université de Nantes)

 

RÉSUMÉS DES INTERVENTIONS

Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier. Un transhumanisme « à mains nues » : sociologie de la promesse du jeûne

Le jeûne, comme restriction volontaire d’alimentation, occupe une place centrale dans de nombreuses religions où il est analysé comme une pratique d’auto-contrôle, de transformation de soi et d’affirmation d’un mode de vie frugal (Hervieu-Léger, 2017). Si le domaine de la religion est le lieu par excellence de déploiement de cette technique du corps, la pratique du jeûne a pris des formes très différentes dans l’histoire récente. On pense notamment aux grèves de la faim, où la mise en danger du corps par la privation de nourriture est pratiquée à des fins politiques (Ellmann, 1993). Depuis une vingtaine d’années, la pratique du jeûne se déploie également en lien étroit avec le marché des médecines parallèles et de la naturopathie, sous la forme de stages hebdomadaires qui associent restriction calorique et randonnée pédestre. C’est sur ce marché du jeûne de « bien-être » en France que porte cette communication. Nous nous concentrerons sur l’assemblage argumentatif au fondement de cette promesse, qui se décline selon trois axes – l’ascétisme, le politique et l’exploration de soi – et qui permet d’appréhender la pratique contemporaine du jeûne comme une technique « d’optimisation de soi » (Dalgalarrondo & Fournier, 2017), où l’on fait du plus avec du moins : un transhumanisme « à mains nues ».

Dalgalarrondo, S. & Fournier, T. (Dir.) (2017). « L’optimisation de soi », Ethnologie Française, appel à contributions pour le numéro 176(4) à paraître en 2019.
Ellmann, M. (1993). The hunger artists. Starving, writing, and imprisonment. Cambridge: Harvard University Press.
Hervieu-Léger, D. (2017). Le temps des moines. Clôture et hospitalité, Paris : PUF.

Joël Laillier. La vocation, l’ascèse et la mortification. Sur les usages et les apports de notions religieuses pour l’étude sociologique du métier de danseur.

Les études sur les professions artistiques comme sur les élites corporelles mobilisent très souvent les notions de « vocation » ou d’ « ascèse », empruntés au lexique religieux, sans pour autant en proposer un usage réflexif, comme si ces emprunts allaient de soi. Pourtant le glissement opéré de l’institution religieuse à l’analyse sociologique a des implications fortes et qui, nous semble-t-il doit être contrôlé. A partir d’une recherche ethnographique menée sur les danseurs et danseuses du ballet de l’Opéra de Paris, nous reviendrons sur les usages pratiques de ces notions de « vocation » et d’ « ascèse » mais aussi de « mortification » pour esquisser les apports de ces notions à l’analyse d’une élite artistique et corporelle produite dans un cadre fortement institutionnalisé. Nous essaierons d’en montrer les implications, leurs portées analytiques, mais aussi leurs limites.

Laillier J., “La dynamique de la vocation. Les évolutions de la rationalisation de l’engagement au travail des danseurs de ballet”, Sociologie du travail, 2011, n° 53 (4) pp. 493-514.
Suaud, C., 1978. La vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux. Minuit, Paris.

Sylvaine Derycke. Ascèse sportive et mode de vie communautaire à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) : réflexions autour de l’usage de l’analogie religieuse

Le point de départ de cette enquête, menée auprès des sportifs de haut niveau en athlétisme au sein de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), a été de s’emparer d’un paradigme des années 80 : le sport comme « religion séculière ». Il s’agissait de multiplier les repérages analogiques entre le mode de vie du sportif de haut niveau en collectivité et l’expérience physique sportive d’une part, et le mode de vie du virtuose religieux et l’expérience religieuse d’autre part. Ma démarche a préservé, jusqu’à un certain point, le cadre de l’analogie, mais mon propos était d’accéder à la genèse « religieuse » qui travaille le vécu sportif. Une approche historique des origines de ce sport a permis d’abandonner le raisonnement analogique pour envisager les empreintes d’un héritage catholique romain. C’est enfin au moyen d’une définition extensive du croire et du rite que j’ai pu suivre in situ la manière dont émergent les croyances et les pratiques rituelles en compétition. Les deux premières perspectives restent aux prises avec la comparaison au modèle institutionnel de la religion et permettent de saisir ce qui associe les expressions spirituelles en milieu sportif aux différentes influences historiques religieuses. Le troisième angle de vue s’en émancipe pour rendre compte, sous cette médiation, des nouvelles configurations du croire et des pratiques croyantes. L’articulation de ces cadres théoriques successifs a été rendue possible par une approche méthodologique globale qui consistait à adopter une définition extensive du croire et des pratiques croyantes, sans intention première de qualifier ce qui se présente au regard. Une fois le travail d’enquête réalisé, il a fallu réduire la portée de ces concepts pour ne pas risquer de tout ramener à du « religieux ». Ainsi, ce travail est autant une recherche sur les évolutions du croire dans la sphère séculière qu’une réflexion épistémologique sur la démarche qui permet d’accéder à ce croire vécu.

Hervieu-Léger D., (1993). La religion pour mémoire, Paris : Cerf.
Piette A., (1993). Les religiosités séculières, Paris : Presses Universitaires de France.
Weber M., (2003). L’Ethique protestante et lesprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

 

Enregistrements de l’atelier 5 “En vérité je vous le dis”

Les enregistrements audio de deux des trois interventions lors de l’atelier 5 du programme, sur le thème “”En vérité, je vous le dis”. Régimes de vérité, sciences (sociales) et religion”, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur “enregistrement audio”.

Véronique Altglas (Queen’s University Belfast), Une réforme de la sociologie des religions ? Autour du livre Bringing the Social Back into the Sociology of Religion.

Résumé       Enregistrement audio

 

 

Claude Dargent (Université Paris 8, CRESPPA), Sociologie, science et religion. À propos du livre Science et religion.

Résumé        Enregistrement audio

 

 

Atelier 5. “En vérité je vous le dis” (8 novembre 2018)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son cinquième atelier le 8 novembre 2018 à Paris,  sur le thème “En vérité, je vous le dis”. Régimes de vérité, sciences (sociales) et religion.

8 novembre 2018, 14h-18h

ENS

29 rue d’Ulm, 75005 Paris

Salle 236

Cet atelier vise à réfléchir aux conditions de production des connaissances scientifiques, à partir d’une analyse des relations entre science et religion et avec une attention plus particulière au cas de la sociologie des religions. L’autonomie du champ scientifique « n’est pas une donnée mais une conquête historique, qui est toujours à recommencer » (Bourdieu, 2001 : 100) et cette autonomie est aujourd’hui contestée par un ensemble de stratégies qui tendent à relativiser la frontière entre croyance et connaissance. Comme le souligne P. Mirowski, qui s’est intéressé aux circonstances structurelles favorisant la « production de l’ignorance », « la confusion est devenue une stratégie politique » (cité par Girel, 2018 : 201) : elle peut en effet servir des intérêts politiques, économiques (le financement de « recherches » par les industries du tabac ou des pesticides) ou religieux (l’Intelligence Design comme « théorie » alternative à la théorie de l’évolution).

Les sciences sociales sont elles-mêmes exposées à ce type de confusion et la sociologie tout particulièrement, dans la mesure où ce qui s’y joue est la possibilité de « dire la vérité, ou pire, définir les conditions dans lesquelles on peut dire la vérité » sur le monde social (Bourdieu, 2001 : 170). On voit bien aussi en quoi la position de la sociologie des religions est plus périlleuse que d’autres, compte tenu de ses origines historiques – étroitement liées aux institutions religieuses – et de ses difficultés persistantes à trouver la « bonne » distance vis-à-vis des objets religieux qu’elle étudie. L’autonomie d’un champ scientifique dépendant pour une large part de l’instauration d’un « droit d’entrée », toute l’ambiguïté intrinsèque de certaines approches sociologiques de la religion (qui s’apparentent de fait à des sciences religieuses) consiste à transmuer une proximité problématique avec l’objet d’étude en fondement épistémologique d’une science véritable : il serait impossible de comprendre l’expérience religieuse sans une forme ou une autre de « familiarité » personnelle avec celle-ci. En écho à ces stratégies, le fait que des acteurs religieux s’approprient régulièrement le registre des sciences sociales – comme dans les discours chrétiens sur « les invariants anthropologiques » déployés pour s’opposer au mariage pour tous – soulignent l’acuité de ces enjeux et l’intérêt, pour ces acteurs religieux, de trouver dans le champ académique des relais prêts à participer (consciemment ou non) à la conversion des convictions religieuses en « vérités » scientifiques.

Références bibliographiques
Bourdieu, P. 2001. Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.
Girel, M. 2018. Mirowski, les « Fake News » et l’agnotologie.
Mirowski, P. 2011. Science-Mart: Privatizing American science, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

PROGRAMME

14h-14h45. Mathias Girel (ENS, CAPHES), Ignorance, démarcation et confusion, une lecture pragmatiste.

14h45-15h15. Discussion

(Pause)

15h 30-16h15. Véronique Altglas (Queen’s University Belfast), Une réforme de la sociologie des religions ? Autour du livre Bringing the Social Back into the Sociology of Religion.

16h15-17h. Claude Dargent (Université Paris 8, CRESPPA), Sociologie, science et religion. À propos du livre Science et religion.

17h-18h. Discussion générale

Discutant : Philippe Gonzalez (Université de Lausanne, ISS-THEMA)


RÉSUMÉS DES INTERVENTIONS

Mathias Girel. Ignorance, démarcation et confusion, une lecture pragmatiste

Dans cet exposé, je m’appuie sur une grille d’analyse proposée dans Science et Territoires de l’ignorance pour étudier deux points, liés entre eux, et qui sont également en rapport avec l’objet de l’atelier : (1) le retour de la question de la démarcation tout d’abord. L’ensemble de la littérature dite agnotologique* repose cette question de manière brûlante car elle laisse apparaître que la différence entre un énoncé qui concourt à la croissance de la connaissance et un autre qui tend à la fragiliser ne peut apparaître au niveau de ce seul énoncé. Pour ne prendre qu’un exemple minimal ici, « il faut plus de recherches » peut jouer ces deux rôles ; je tente de donner donc quelques pistes pour sortir de l’indiscernabilité. (2) Le second point surgit lorsque l’on s’intéresse à la « manipulation de l’information », qui est un aspect (et un aspect seulement) du débat actuel sur l’infox (fake news). Faut-il fonder l’analyse de ce phénomène sur la notion d’intention, et alors le rapprocher de l’ignorance stratégique étudiée par certains sociologues évoqués dans le premier point ? Si l’on s’intéresse seulement aux effets, en laissant de côté la question de l’intention, ces effets sont-ils d’abord épistémiques ou comportementaux ? Créent-ils d’« autres » croyances ou principalement de la confusion, et par là de la démobilisation ?

*[science ou connaissance de l’ignorance]
Girel, M. 2017. Science et Territoires de l’ignorance, Versailles : éditions Quae.
European Journal of Pragmatism and American Philosophy. 2009. Dossier “Pragmatism and the Social Articulation of Doubt”
Proctor, R. 1995. Cancer Wars: How Politics shapes what we know and don’t know about Cancer, New York, Basic Books.
Stavo-Debauge J. 2012. Le loup dans la bergerie : Le fondamentalisme chrétien à l’assaut de l’espace public, Genève, Labor et Fides.

Véronique Altglas. Une réforme de la sociologie des religions ? Autour du livre Bringing the Social Back into the Sociology of Religion.

Cette communication a pour objectif de présenter l’ouvrage Bringing the Social Back into the Sociology of Religion (Brill, 2018) et plus largement de discuter du développement d’une sociologie critique de la religion. Les contributeurs de l’ouvrage explorent la manière dont le fait de « remettre du social dans la sociologie des religions » rend possible une compréhension sociologique plus adéquate de sujets tels que les relations de pouvoir, les émotions, le soi, ou les relations ethniques en terrain religieux. Ils le font en particulier en renouant avec les débats théoriques des sciences sociales, en soulevant des questions épistémologiques et en analysant les conditions d’une véritable réflexivité scientifique en sociologie des religions. Nous ferons l’esquisse d’une sociologie de la sociologie de la religion, et débattrons des faiblesses d’une sociologie qui, trop souvent, a été une sociologie ‘pour’ la religion plutôt que ‘de’ la religion. La question est d’autant plus importante que nous observons un retour d’une sociologie religieuse à proprement parler, dont nous discuterons des nombreuses conséquences épistémologiques.

Véronique Altglas est maitresse de conférences en sociologie à Queen’s University Belfast depuis 2009. Ses travaux concernent la globalisation de la religion, les transformations de la religiosité contemporaine et les réponses apportées à la diversité religieuse, dans une perspective comparative. Elle a mené des recherches sur l’expansion transnationale des mouvements néo-hindous et sur la gestion de la diversité religieuse en France et en Grande Bretagne. Plus récemment, elle a exploré la popularisation de la kabbale en France, Grande Bretagne, au Brésil et en Israël. Ces travaux empiriques s’inscrivent plus largement dans une réflexion concernant les pratiques contemporaines de bricolage et la formation des identités, ainsi que des questions épistémologiques propre à la sociologie des religions.

Ses ouvrages : Le nouvel hindouisme occidental.Paris: Éditions du CNRS, 2005; Religion and Globalization: Critical Concepts in Social Studies. London: Routledge. 2010; Religious Exoticism: The Logics of Bricolage in Contemporary Societies. New York: Oxford University Press, 2014; Bringing the Social Back into the Sociology of Religion. Leiden: Brill, 2018.

Claude Dargent. Sociologie, science et religion

Le livre collectif Science et religion (2017, CNRS Alpha) présente une série d’enquêtes sur les relations empiriques entre les sciences et les institutions religieuses. Il analyse les lignes d’opposition entre science et religion, et les stratégies mises en œuvre par différents acteurs religieux visant à les assumer, les nier ou les subvertir. Il explore également les compromis et les accommodements, informels ou institutionnels, qui se nouent entre convictions religieuses et connaissances scientifiques.

L’observation de ces relations et de leurs « zones grises » invite à un retour réflexif sur l’histoire de la sociologie des religions et la sociologie de la science. Dans la littérature en sciences sociales, celles-ci ne cessent en effet de se croiser depuis un siècle et demi. À plusieurs reprises, ce sont les mêmes auteurs qui ont fait progresser ces deux sociologies spécialisées. Émile Durkheim, avec les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), a voulu poser les bases des deux sous-disciplines, et cela dans le même ouvrage. À la même époque, Max Weber a proposé des analyses qui restent fondamentales que ce soit en sociologie des religions avec les différents textes rassemblés dans les Gesammelte Aufsätze zur Religionsoziologie ainsi que les pages concernant ce thème dans Économie et Société, et en sociologie des sciences avec les Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre. Ce double intérêt se retrouve à nouveau dans les années 1960, avec les écrits de Peter L. Berger et Thomas Luckman.

À partir des contributions du livre et en revenant sur cette histoire disciplinaire, il s’agira d’éclairer à la fois les ambiguïtés d’une sociologie de la science qui refuse de choisir entre « le rationnel de la science avec un grand S et l’irrationnel de la Religion avec un grand R (Latour, 2002) et les difficultés d’une sociologie des religions qui peine à trouver la « bonne distance » avec son objet.

Avon D. et Pelletier D. 2016. Sciences et religions au XXe siècle : introduction, Vingtième Siècle 2016/2 no 130 : 4-15.
Berger P. L. et Luckmann T. 1963. Sociology of Religion and Sociology of Knowledge, Sociology and Social Research, 47 (4) : 417-27.
Dargent C., Fer Y. & Liogier R. 2017. Science et religion, Paris, CNRS Alpha.
Gingras Y., 2013. Sociologie des sciences, Paris, Presses Universitaires de France.
Latour B. 2002. Jubiler, ou les tourments de la parole religieuse, Paris, Le Seuil.
Michel P. 1995. Le retour du religieux : la grande illusion, Projet, 240 : 66-73.

Enregistrement de l’atelier 4 “Devenir soi-même”

Les enregistrements audio de quatre des cinq interventions lors de l’atelier 4 du programme, sur le thème “Devenir soi-même. Les ressorts institutionnels de la transformation biographique, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur “enregistrement audio”.

Introduction    Enregistrement audio

Yannick Fer (chargé de recherche CNRS, CMH). Une “relation personnelle avec Dieu” : travail institutionnel “invisible” et invention biographique en terrain pentecôtiste/charismatique.
Resumé
      Enregistrement audio

 

Gabrielle Angey (professeure assistante, CSEES, University of Graz). Trajectoires de conversion à une institution “qui n’accepte jamais de l’être” : éthique de soi et service altruiste chez les militants du mouvement musulman transnational de Fethullah Gülen. 
Résumé
     Enregistrement audio

Scarlett Salman (maîtresse de conférences, LISIS, Université Paris-Est-Marne-la-Vallée). “Deviens qui tu es !”. Place et effets du “travail sur soi” dans le coaching professionnel.
Résumé
     Enregistrement audio

 

Martial Vildard (doctorant EPHE, GSRL). Des “accompagnateurs” pour “trouver son chemin dans la foi” : un cas de personnalisation de l’offre de formation et d’invisibilisation du travail pédagogique sur l’individu.
Résumé
     Enregistrement audio

Journée d’étude “Devenir soi-même” (31 mai 2018)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” organise le 31 mai 2018 à Paris une journée d’étude sur le thème “Devenir soi-même” : Travail sur soi et ressorts institutionnels de la transformation biographique.

31 mai 2018, 10h-12h30 & 14h-18h

ENS – Salle R1-09

               48, bd. Jourdan, 75014 Paris

Cette journée d’étude vise à rouvrir la discussion autour de l’articulation entre deux concepts classiques en sociologie : institution et conversion. Cette dernière sera entendue comme « un enchaînement de transformations subjectives qui accompagnent et conditionnent, dans l’illusion de la liberté, la transformation du statut social objectif des recrues », selon la définition qu’en donne Charles Suaud [1]. En effet, si la conversion est généralement présentée par les intéressés eux-mêmes avant tout sur le registre de l’événement, elle ne peut être pensée d’un point de vue sociologique indépendamment des structures qui contribuent à en faire une « illusion bien fondée » en produisant concrètement ces transformations et/ou en reconnaissant leur effectivité. L’étude des conditions pratiques de la conversion conduit donc à s’intéresser à l’institution, telle que Jacques Lagroye la définit, comme une forme de « rencontre » dynamique entre ce qui est institué, sous formes de règles, de modalités d’organisations, de savoirs, etc. et les investissements ou engagements dans une institution, qui seuls la font exister concrètement [2]. Ainsi, pour reprendre le mot de Muriel Darmon, le travail de conversion n’est pas un travail détaché de tout dispositif de pouvoir [3]. C’est l’institution qui, bien souvent, encadre la conversion de l’individu, balise son parcours, corrige ses égarements et permet le maintien de son engagement sur le temps long.
Employer la sociologie des institutions, c’est donc s’intéresser aux régimes d’autorité, aux modalités de production de la croyance en l’institution (illusio [4]), aux formes de socialisation et aux investissements différenciés des individus selon leurs appartenances sociales. Cette approche, appliquée à une réflexion sur les conversions, permet de penser le travail de l’institution sur les « carrières de conversion » [5]. L’exemple paradigmatique de ce travail institutionnel est celui de « l’institution totale », travail visible et méthodique poussant à son paroxysme l’entreprise de re-socialisation des recrues [6].
Mais dans un monde où la liberté, l’autonomie et la responsabilité individuelle [7] sont sans cesse invoquées, qu’en est-il du rôle des institutions ? Comment parviennent-elles à « se faire oublier » alors qu’elles doivent convaincre, transmettre, former et maintenir les individus dans les limites de l’orthodoxie ? Comment exercent-elles leurs contraintes, assurent-elles une formation collective et continue de leurs publics tout en maintenant chez ceux-ci le sentiment qu’ils sont les maîtres de leurs parcours ?

La question de la reconfiguration des formes de régulation institutionnelle sera l’un des points de mire de cette journée d’étude. Loin d’avoir disparu, l’autorité s’est transformée pour mieux répondre aux exigences contemporaines de formation des agents fondées sur l’écoute, la douceur et la négociation. Le succès du statut d’auto-entrepreneur, depuis sa création en 2008, témoigne de la diffusion d’une représentation d’un sujet néolibéral responsable, metteur en scène de sa propre vie. Des dispositifs « d’accompagnement »[8] et de « travail sur soi » voient le jour partout où il était jusqu’alors question de « formation » et de « prise en charge » : reconversion professionnelle, éducation de la jeunesse, initiation religieuse, assistance sociale, accompagnement thérapeutique.
En outre, la multiplication de structures transnationales (entreprises de type Uber, groupes religieux transnationaux, certaines ONG), particulièrement adaptées à la mondialisation, alimente également ce processus d’invisibilisation de l’autorité en accentuant la dilution des centres de responsabilité et la dispersion des lieux de pouvoir [9]. Alors que ces institutions revendiquent une certaine horizontalité et l’absence de lieux de pouvoir identifiables, le maintien de leur prise sur les individus qui y prennent part partout dans le monde, doit être analysé.
Comment fonctionnent ces dispositifs ? Quels types de socialisation exercent-ils sur les individus ? Comment ces formes « invisibilisées » de travail institutionnel assurent-elles la transformation des dispositions individuelles ? Assiste-t-on à l’avènement de nouvelles formes d’institutions, liées à la mondialisation, qui engendreraient des modes de socialisation particuliers ? Si oui, quelles sont leurs caractéristiques ?
Au moyen notamment du concept de « travail institutionnel invisible » proposé par Yannick Fer [10], nous souhaiterions porter un éclairage sur les mécanismes et les dispositifs assurant, d’une part, l’effectivité de la conversion-socialisation dans les institutions étudiées et, d’autre part, le maintien de la nouvelle identité du converti sur le temps long. Les intervenants, travaillant sur des terrains forts différents (groupes religieux, coaching en entreprise, éducation…), se retrouvent tous dans l’attention portée aux dispositifs de gestion des « carrières de conversion » [11] et à leurs effets différenciés selon les trajectoires sociales des individus. La mise en dialogue de ces travaux permettra de nourrir et d’actualiser les concepts classiques d’autorité, d’institution et de socialisation.

[1] Charles SUAUD, La Vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Minuit, 1978, pp. 10-11.
[2] Jacques LAGROYE et Michel OFFERLE (dir.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2011
[3] Muriel DARMON, « Sociologie de la conversion : socialisation et transformations individuelles », in C. Burton-Jeangros, C. Maeder (dir.). Identité et transformation des modes de vie, Seismo, p. 14.
[4] Pierre BOURDIEU, « Un acte désintéressé est-il possible ? », Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, p. 151.
[5] Muriel DARMON, « Sociologie de la conversion… Op. Cit, p. 17.
[6] Erving GOFFMAN, Asiles : Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968 ; Peter BERGER et Thomas LUCKMANN, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1992, pp.214-220.
[7] Alain EHRENBERG, L’individu incertain, Calman-Levy, 1995.
[8] Pour ne citer que trois recherches portant sur ces dispositifs : Isabelle ASTIER, Les nouvelles règles du social, chapitre « Accompagner », PUF, 2007, pp. 127-160 ; Dominique GOUX, « Accompagnement dans et accompagnement vers l’emploi », Travail et Emploi, 119, Juillet-septembre 2009, pp. 7-8 ; Scarlett SALMAN, Une hygiène psychique au travail ? Genèse et usages du coaching en entreprise en France, Thèse de doctorat en sociologie, soutenue en octobre 2013.
[9] J.-F BAYART, Le gouvernement du monde, Paris, Fayard, 2004, p. 80 ; Michel Foucault, Sécurité, Territoire, Population, Paris, Le Seuil, 2004.
[10] Yannick FER, « The Holy Spirit and The Pentecostal Habitus : Elements for a Sociology of Institution in Classical Pentecostalism », Nordic Journal of Religion and Society, 23 (2), 2010, pp. 157-176.
[11] Muriel DARMON, « Sociologie de la conversion… Op. Cit, p. 17.

Programme de la journée

Discutante : Johanna Siméant (CMH, ENS)

9h45-10h. Accueil des participants.

10h : Introduction, Gabrielle Angey, Yannick Fer, Martial Vildard.

10h10-10h50. Yannick Fer (CNRS, CMH), Une « relation personnelle avec Dieu » : travail institutionnel « invisible » et invention biographique en terrain pentecôtiste/ charismatique.

10h50-11h30. Gabrielle Angey (CSEES, University of Graz), , Trajectoires de conversion à une institution « qui n’accepte jamais de l’être » : éthique de soi et service altruiste chez les militants du mouvement musulman transnational de Fethullah Gülen.

11h30-12h20: Discussion.

(12h30-14h : pause déjeuner)

14h10-14h50. Muriel Darmon (CNRS, CESSP), Rééducation et conversion hospitalières post AVC: quelle place pour la « croyance en l’institution » ?

14h50-15h20. Discussion.

(pause)

15h40-16h20. Scarlett Salman, (LISIS, Université Paris-Est, Marne-la-Vallée), « Deviens qui tu es ! ». Place et effets du « travail sur soi » dans le coaching professionnel.

16h20-17h. Martial Vildard (GSRL, EPHE), Des « accompagnateurs » pour « trouver son chemin dans la foi » : un cas de personnalisation de l’offre de formation et d’invisibilisation du travail pédagogique sur l’individu.

17h-18h. Discussion et conclusion.

Pour télécharger le programme complet, incluant résumés et références bibliographiques, cliquez ici.

Enregistrement atelier 3 “Genre, classe, race et… religion ?”

Les enregistrements audio de deux des trois interventions lors de l’atelier 3 du programme, sur le thème Genre, classe, race et… religions, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur “enregistrement audio”.

Sébastien Chauvin (professeur associé en études genre, CEG, ISS, Université de Lausanne). L’intersectionnalité contre l’intersection.
Résumé
Enregistrement audio

 

Simona Tersigini (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, Sophiapol). Un esprit pur par un corps pur. Vertu et écueils de la démarche intersectionnelle dans l’analyse du religieux en situation migratoire.
Résumé
Enregistrement audio

Atelier 3. Genre, classe, race et… religion ? (23 mars 2018)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son troisième atelier le 23 mars 2018 à Paris,  sur le thème Genre, classe, race et… religion ? L’intersectionnalité en questions.

23 mars 2018, 14h-18h

ENS – Salle R2-01

48, bd. Jourdan, 75014 Paris

L’intersectionnalité est un concept convoqué de façon à la fois croissante et hétérogène dans les champs académique et militant. En dépit d’une forte circulation internationale, il fait l’objet d’usages contrastés dans les sciences sociales francophones et anglophones (Chauvin & Jaunait, 2012), tout en suscitant de nombreux débats (McCall, 2005 ; Chauvin & Jaunait, 2015 ; Fassa, Lépinard & Roca i Escoda, 2016). Le concept connaît surtout une expansion certaine, à mesure que le traditionnel triptyque genre/classe/race se voit élargi à l’âge, à la sexualité et à la santé dans certains travaux. Qu’en est-il de la religion ? Des voix se font en effet entendre pour intégrer le religieux aux efforts de théorisation intersectionnelle (Lépinard, 2014 ; Weber, 2015). En rappelant que l’intérêt principal de l’intersectionnalité n’est pas de souscrire à une vision arithmétique et énumérative des formes de domination qui pèsent sur les individus, mais bien plutôt d’étudier l’imbrication des logiques catégorielles (Crenshaw, 2005 ; Ridgeway et Kricheli-Katz, 2013 ; Bentouhami, 2015) ainsi que la consubstantialité des rapports de pouvoir (Kergoat, 2009), cet atelier permettra d’interroger la place du religieux dans les théories intersectionnelles et de revenir sur les défis méthodologiques posés par ces dernières. L’analyse sociologique des religions, appréhendées à la fois comme systèmes normatifs et pratiques sociales quotidiennes, doit permettre de mieux tenir compte de l’importance des religions comme lieu de socialisation et d’incorporation des normes de genre et comme espace social d’expérimentation des rapports de pouvoir. A travers trois interventions qui feront dialoguer réflexion théorique et éléments empiriques, cet atelier propose d’étudier les apports et les limites, pour les sciences sociales des religions, de l’intersectionnalité et de montrer comment l’analyse du religieux pourrait enrichir ces approches intersectionnelles.

Programme de l’après-midi

14h-14h45. Sébastien Chauvin (professeur associé en études genre, CEG, ISS, Université de Lausanne). L’intersectionnalité contre l’intersection.

14h45-15h15. Discussion

15h15-16h. Simona Tersigini (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, Sophiapol). Un esprit pur par un corps pur. Vertu et écueils de la démarche intersectionnelle dans l’analyse du religieux en situation migratoire.

16h-16h30. Discussion

Pause

16h45-17h30. Sophie Rétif (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, IDEHE.S). Enjeux religieux, de classe et de genre dans des associations familiales catholiques.

17h30-18h. Discussion

Discutantes : Gwendoline Malogne-Fer et Juliette Galonnier

Pour télécharger le programme complet, incluant résumés et références bibliographiques, cliquez ici.

Enregistrements du colloque “Religions et classes sociales”

Notre programme « Agenda pour une sociologie critique des religions » a participé au colloque de l’Association française de sciences sociales des religions (AFSR) « Religions et classes sociales« , qui s’est tenu les 5 et 6 février à Paris. Les enregistrements audio d’une partie des interventions sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur « enregistrement audio ».

 

Mot d’accueil de la présidente de l’AFSR, Céline Béraud. enregistrement audio
Mot d’accueil du comité organisateur, par Anthony Favier et Ana Perrin-Hérédia. enregistrement audio

Session 1 : Introduction
Intervention de Heinrich Schäfer (professeur de sociologie, Universität Bielefeld). « Habitus Analysis: Religion and Class ». enregistrement audio

Discussion par Yannick Fer (chargé de recherche CNRS, CMH). enregistrement audio

 

Session 2 : Religion populaire et appropriation de classe
Maureen Burnot (docteure en anthropologie, ATER, Université Lumière Lyon 2, LADEC)
« « Les saints des pauvres » ? Représentations, caractéristiques et enjeux du catholicisme populaire en Argentine ». enregistrement audio

 

Samuel Dolbeau (étudiant en année de préparation doctorale en sociologie, CéSor, EHESS)
« Pieté populaire et catholicisme bourgeois : l’exemple de la Communauté de l’Emmanuel ». enregistrement audio

 

Bruna Ribeiro (doctorante en anthropologie, TRaM/IIAC, EHESS)
« Les pauvres, la pauvreté et l’église : transformations de la charité catholique en France ». enregistrement audio

 

 

Discussion par Elisabeth Claverie (directrice de recherche CNRS, ISP, Paris X Nanterre). enregistrement audio

Session 3 : Religions et distinctions de classe
Julien Beaugé (MCF en science politique, Université Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS)
« Une lutte des classes déniée ? Matériaux lacunaires sur les fonctions sociales d’une pratique « authentique » de la religion chez de jeunes musulmanes pratiquantes ».

 

Hicham Benaissa (doctorant en sociologie, GSRL, EPHE)
« L’entreprenariat musulman en France : l’idéologie d’une classe en ascension ». enregistrement audio

 

 

Drissa Kone (enseignant-chercheur en histoire, Université Félix Houphouët-Boigny)
« Être musulman à Cocody. L’expérience réussie de la Communauté Musulmane de la Riviera (CMR) ? ». enregistrement audio

 

Discussion par Mahamet Timera (professeur de sociologie, Paris 7, URMIS). enregistrement audio

Session 4 : Coprésences religieuses et rapports de domination

Stéphanie Maffre (PRAG à l’Espé Toulouse Midi-Pyrénées, UT2J, doctorante en histoire, EPHE, GSRL)
« Ambivalences religieuses et ambivalences de classes dans la construction d’un ordre social mazamétain (1851-2014) ». enregistrement audio

 

Detelina Tocheva (chargée de recherche CNRS, GSRL, PSL)
« La coexistence religieuse face aux inégalités sociales. Une enquête ethnographique en Bulgarie ». enregistrement audio

 

 

Discussion par Anthony Favier (docteur en histoire contemporaine, chercheur associé LARHRA). enregistrement audio

Session 5 : Les espaces de l’entre-soi religieux

Lorraine Bozouls (doctorante en sociologie, OSC, Sciences Po et Urbeur, Milano-Bicocca)
« La religion catholique comme vecteur d’entre-soi chez les classes supérieures ». enregistrement audio

 

 

Lucine Endelstein (chargée de recherche CNRS, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès)
« Des cités aux beaux quartiers. Conquête spirituelle et diffusion socio-spatiale du mouvement Loubavitch dans l’agglomération parisienne ».

 

 

Discussion par Béatrice de Gasquet (MCF en sociologie, URMIS, Paris 7). enregistrement audio

Session 6 : Qui « bricole » ?
Véronique Altglas (Lecturer in Sociology, Queen’s University Belfast)
« Bricolages religieux et classes sociales : de l’exotisme de la petite bourgeoisie nouvelle au christianisme judaïsant des congrégations messianiques ». enregistrement audio

 

 

Géraldine Mossière (professeure agrégée en anthropologie, Université de Montréal)
« Du souci de la guérison dans les religiosités contemporaines : discours et pratiques de réhabilitation et de légitimité sociales ». enregistrement audio

 

Discussion par Juliette Galonnier (post-doctorante en sociologie, INED). enregistrement audio

Session 7 : Religions et mobilités
Christel Coton (maîtresse de conférences en sociologie, Paris 1, CESSP-CSE)
« Mobilité sociale, mobilité professionnelle et rapport à la religion en milieu officier ». (communication lue par Ana Perrin-Heredia) enregistrement audio

Gabrielle Angey (post-doctorante en science politique, Universität Graz)
« Une sociologie des militants du mouvement Gülen : propriétés sociales et expériences différenciées d’une institution religieuse ». enregistrement audio

 

Discussion par Jules Naudet (chargé de recherche CNRS au CEIAS, EHESS). enregistrement audio

Session 8 : Religions et rapports de classe
Edmond Mballa Elanga (enseignant-chercheur en sociologie, Université de Douala Cameroun – Coordinateur du REJAC)
« Religion et classe sociale en Afrique subsaharienne, l’exemple du Cameroun ». enregistrement audio

 

 

Thierry Maire (doctorant en sociologie, CMH, EHESS)
« Entre théologie de la prospérité et stratégie commerciale : les classes moyennes comme segment privilégié des Églises néo-pentecôtistes au Guatemala ». enregistrement audio

 

 

Discutant : Sébastien Fath (chargé de recherche CNRS, GSRL). enregistrement audio

Conclusion
Pierre Lassave (directeur de recherche émérite, Césor). enregistrement audio

 

Colloque “Religions et classes sociales” (programme)

Notre programme “Agenda pour une sociologie critique des religions” participe au colloque international AFSR “Religions et classes sociales“, qui se tiendra les 5 et 6 février à Paris.

Journée 1 – 5 février 2018

9h – 9h15. Mot d’accueil, par le comité d’organisation :
Anthony Favier, Yannick Fer, Juliette Galonnier et Ana Perrin-Heredia

9h15 – 10h. Session 1 : Introduction
Discutant : Yannick Fer (chargé de recherche CNRS, CMH, PSL)
Heinrich Schafer (professeur de sociologie, Universität Bielefeld). « Habitus Analysis: Religion and Class »

10h – 10h15. Pause

10h15 – 12h15 Session 2 : Religion populaire et appropriation de classe

Discutante : Elisabeth Claverie (directrice de recherche, GSPM, EHESS)

Maureen Burnot (docteure en anthropologie, ATER, Université Lumière Lyon 2, LADEC)
« “Les saints des pauvres” ? Représentations, caractéristiques et enjeux du catholicisme populaire en Argentine »

Samuel Dolbeau (étudiant en année de préparation doctorale en sociologie, CéSor, EHESS)
« Pieté populaire et catholicisme bourgeois : l’exemple de la Communauté de l’Emmanuel »

Bruna Ribeiro (doctorante en anthropologie, TRaM/IIAC, EHESS)
« Les pauvres, la pauvreté et l’église : transformations de la charité catholique en France »

12h15 – 14h30 Pause déjeuner et Assemblée générale de l’AFSR

14h30 – 16h30 Session 3 : Religions et distinctions de classe

Discutant : Mahamet Timera (professeur de sociologie, Paris 7, URMIS)

Julien Beaugé (maître de conférences en science politique, Université Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS)
« Une lutte des classes déniée ? Matériaux lacunaires sur les fonctions sociales d’une pratique “authentique” de la religion chez de jeunes musulmanes pratiquantes »

Hicham Benaissa (doctorant en sociologie, GSRL, EPHE)
« L’entreprenariat musulman en France : l’idéologie d’une classe en ascension »

Drissa Kone (enseignant-chercheur en histoire, Université Félix Houphouët-Boigny)
« Être musulman à Cocody. L’expérience réussie de la Communauté Musulmane de la Riviera (CMR) ? »

16h30 – 16h45 Pause

16h45 – 18h15 Session 4 : Coprésences religieuses et rapports de domination  Discutante : Anaïs Albert (maîtresse de conférences en histoire, Paris 7, ICT)

Stéphanie Maffre (PRAG à l’Espé Toulouse Midi-Pyrénées, UT2J, doctorante en histoire, EPHE, GSRL)
« Ambivalences religieuses et ambivalences de classes dans la construction d’un ordre social mazamétain (1851-2014) »

Detelina Tocheva (chargée de recherche CNRS, GSRL, PSL)
« La coexistence religieuse face aux inégalités sociales. Une enquête ethnographique en Bulgarie »

Journée 2 – 6 février 2018

9h – 10h30 Session 5 : Les espaces de l’entre-soi religieux
Discutante : Béatrice de Gasquet (maîtresse de conférences en sociologie, URMIS, Paris 7)

Lorraine Bozouls (doctorante en sociologie, OSC, Sciences Po et Urbeur, Milano-Bicocca)
« La religion catholique comme vecteur d’entre-soi chez les classes supérieures »

Lucine Endelstein (chargée de recherche CNRS, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès)
« Des cités aux beaux quartiers. Conquête spirituelle et diffusion socio-spatiale du mouvement Loubavitch dans l’agglomération parisienne »

10h30 – 10h45 Pause

10h45 – 12h45 Session 6 : Qui « bricole » ?
Discutante : Juliette Galonnier (post-doctorante en sociologie, INED)

Véronique Altglas (Lecturer in Sociology, Queen’s University Belfast)
« Bricolages religieux et classes sociales : de l’exotisme de la petite bourgeoisie nouvelle au christianisme judaïsant des congrégations messianiques »

Géraldine Mossière (professeure agrégée en sociologie, Université de Montréal)
« Du souci de la guérison dans les religiosités contemporaines : discours et pratiques de réhabilitation et de légitimité sociales »

12h45 – 14h00 Pause déjeuner

14h – 15h30 Session 7 : Religions et mobilités
Discutant : Jules Naudet (chargé de recherche CNRS au CEIAS, EHESS)

Gabrielle Angey (post-doctorante en science politique, Universität Graz)
« Une sociologie des militants du mouvement Gülen : propriétés sociales et expériences différenciées d’une institution religieuse »

Christel Coton (maîtresse de conférences en sociologie, Paris 1, CESSP-CSE)
« Mobilité sociale, mobilité professionnelle et rapport à la religion en milieu officier »

15h45 – 16h Pause

16h – 17h15 Session 8 : Religions et rapports de classe
Discutant : Sébastien Fath (chargé de recherche CNRS, GSRL)

Edmond Mballa Elanga (enseignant- chercheur en sociologie, Université de Douala Cameroun – Coordinateur du REJAC)
« Religion et classe sociale en Afrique subsaharienne, l’exemple du Cameroun »

Thierry Maire (doctorant en sociologie, CMH, EHESS)
« Entre théologie de la prospérité et stratégie commerciale : les classes moyennes comme segment privilégié des Églises néo-pentecôtistes au Guatemala »

17h15 – 18h Conclusion
Pierre Lassave (directeur de recherche émérite, Césor)

Le programme complet, incluant les résumés des communications, peut être téléchargé ici.

 

 

Enregistrements atelier 2 “Religion, inégalités sociales et rapports de classe”

Les enregistrements audio de deux des trois interventions lors de l’atelier 2 du programme, sur le thème Religion, inégalités sociales et rapports de classe, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur “enregistrement audio”.

Anne-Catherine Wagner (CESSP, Université Paris 1), Les usages sociologiques de la notion de classe sociale dans un contexte de mondialisation.

Résumé et biblio
Enregistrement audio

Véronique Altglas (Queen’s University Belfast), Ce que la lumière donne à Daren et Catherine : biens de salut et stratification sociale.

Résumé et biblio
Enregistrement audio

 

Atelier 2. Religion, inégalités sociales et rapports de classe (6 nov. 2017)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son second atelier le 6 novembre 2017 à Paris,  sur le thème Religion, inégalités sociales et rapports de classe.

6 novembre 2017, 14h-18h

ENS – Salle R2-02

48, bd. Jourdan, 75014 Paris

En lien avec le colloque de l’association française de sciences sociales des religions (AFSR) de février 2018, qui portera sur « Religion et classes sociales », cet atelier vise à rouvrir la discussion sur l’articulation entre, d’une part, les pratiques ou les appartenances religieuses et, d’autre part, les rapports sociaux de domination et de distinction. La circulation mondiale des croyances et l’accent mis sur les processus contemporains d’individualisation du religieux ont pu laisser croire à un découplage entre expériences religieuses et déterminations sociales. Pour autant, les « bricolages » religieux eux-mêmes restent façonnés par « le poids des dispositions sociales différenciées et du capital culturel inégal des individus consommateurs » (Mary, 2001 : 30, Hervieu-Léger, 2001 : 127). Et, comme le souligne V. Altglas (ci-dessous), « les biens de salut promis par un même mouvement religieux ont différents effets sur les acteurs sociaux, en fonction du capital financier, culturel et social qu’ils possèdent initialement ». Au-delà des dynamiques de dispersion et d’individualisation des pratiques religieuses, on s’interrogera donc sur la manière dont la religion participe à la recomposition des rapports de pouvoir et des déterminations sociales, dans un contexte de mondialisation et de domination de l’économie néo-libérale.

Mary A., 2001, « En finir avec le bricolage ? », Archives de sciences sociales des religions 116, pp. 27-30.
Hervieu-Léger, D., 2001, La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.

Programme de l’après-midi

14h00-14h45 : Anne-Catherine Wagner (Paris I, CESSP), Les usages sociologiques de la notion de classe sociale dans un contexte de mondialisation. Résumé et biblio
14h45-15h15 : Discussion
15h15-16h00 : Véronique Altglas (Queen’s University, Belfast), Ce que la lumière donne à Daren et Catherine : biens de salut et stratification sociale. Résumé et biblio
16h00-16h30 : Discussion
(Pause)
16h45-17h30 : Ana Perrin-Heredia (CNRS, CURAPP-ESS), Éthique musulmane et esprit populaire honorable : une rencontre miraculeuse ? Résumé et biblio
17h30-18h00 : Discussion

Discutante : Céline Béraud (EHESS, CESOR).

Appel à communications : religion et classes sociales

« Religion et classes sociales »

Appel à communications pour le colloque de l’AFSR

Paris, 5-6 février 2018

 Organisateurs :
Anthony FAVIER, docteur en histoire contemporaine (chercheur associé LARHRA)
Yannick FER, chargé de recherche CNRS (GSRL)
Juliette GALONNIER, docteure en sociologie (OSC/Sciences Po)
Ana PERRIN-HEREDIA, chargée de recherche CNRS (CURAPP-ESS)

Depuis la critique marxiste de la religion comme « opium du peuple » jusqu’aux réflexions de Pierre Bourdieu sur les fonctions sociales du religieux, sans oublier les liens établis par Max Weber entre religion, classe et statut, le rapport entre religion et classe a longtemps constitué un questionnement classique des sciences sociales. À la faveur des théories de la moyennisation et du déclin des sciences sociales d’inspiration marxiste, les interrogations sur le rôle de l’appartenance de classe sont toutefois peu à peu tombées en désuétude. L’accent mis sur les processus contemporains d’individualisation du religieux a pu faire oublier le poids des déterminants sociaux et laisser croire à une sorte d’autonomisation des expériences religieuses (ou « spirituelles ») vis-à-vis des structures sociales. Par ailleurs, l’intégration à l’analyse du religieux de nouvelles dimensions, notamment celles du genre, de la migration, ou de l’ethnicité ont fait passer au second plan la question des classes sociales. Sans remettre en cause l’apport évident des recherches recourant à d’autres catégories d’analyse du monde social, ni dénier l’influence décisive des dynamiques d’individualisation dans le domaine religieux, ce colloque propose de porter un nouveau regard sur les questions de classe, en revisitant les analyses classiques à la lumière des travaux actuels.

En dehors du champ des sciences sociales du religieux, la recherche sur les classes sociales est en effet en plein essor. Les nombreuses enquêtes empiriques, d’inspiration ethnographique pour l’essentiel, tout comme les vigoureux débats qu’occasionne la construction d’une statistique européenne ont invité à repenser les classes sociales. La focale s’est ainsi progressivement élargie de la scène professionnelle à l’ensemble des scènes sociales. Cette attention nouvelle portée aux styles de vie s’est en outre combinée à la prise en compte de leur inscription et de leur différenciation territoriales (et leurs effets sur la construction relationnelle des classes sociales à travers les phénomènes de ségrégation spatiale). Toutefois, les travaux portant sur les classes sociales (milieux ouvriers, grande bourgeoisie) tendent à passer sous silence leurs pratiques religieuses. Ce colloque est né de la conviction que le renouvellement des approches sur les classes sociales peut contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes religieux tout comme le religieux est susceptible de constituer une perspective heuristique dans l’analyse de la stratification sociale.

Le colloque se tiendra les 5 et 6 février 2018 à Paris et donnera lieu à une publication. Nous sollicitons des communications issues de toutes disciplines en sciences sociales, mobilisant des analyses aussi bien qualitatives que quantitatives, et analysant le religieux sous toutes ses formes. Nous veillerons à ce que la diversité des terrains religieux et des aires culturelles et géographiques soit représentée. Les communications pourront s’articuler autour de l’un des trois axes suivants :

Axe 1 – Légitimation ou subversion : le rôle de la religion dans la reproduction ou le renversement des inégalités de classe

Les religions produisent des discours sur l’ordre établi et les structures sociales. Elles fournissent aux croyants des outils d’interprétation du monde, et notamment des inégalités. Historiquement, elles ont pu être mobilisées pour légitimer ces inégalités (théodicée du malheur pour les plus démunis ; théodicée du bonheur pour les mieux lotis) ou au contraire les subvertir (théologie de la libération). Comment les croyants retraduisent-ils leur position de classe en termes religieux ? Quel est le rôle du religieux dans les mobilisations sociales ? La religion, comme représentation symbolique de la réalité, peut-elle contribuer à la modifier ? On s’interrogera sur la façon dont le couple légitimation/subversion se reconfigure dans la pratique contemporaine du religieux. À cet égard, la question de l’éducation religieuse et de l’école comme instance de reproduction des hiérarchies sociales pourra être étudiée.

Axe 2 – Les déterminants sociaux du religieux

Nous chercherons à savoir si les biens religieux se structurent par milieux sociaux. Max Weber avait identifié des affinités électives entre la position sociale des individus ou des groupes et leurs croyances. Les conditions matérielles d’existence continuent-elles de déterminer les préférences religieuses ? Dans cette optique, on pourra s’interroger sur la façon dont les réseaux de sociabilité, liés en grande partie au milieu social et à l’ancrage territorial, viennent structurer les options religieuses. Le thème de la mobilité sociale (ascendante ou descendante) pourra notamment être exploré : les changements de statut social ou résidentiel peuvent-ils influer sur les pratiques religieuses ? Le changement d’appartenance religieuse et l’incorporation de nouvelles normes éthiques peuvent-ils contribuer à des trajectoires d’ascension sociale, ou participer au contraire à des formes de déclassement ?

La question de la distinction est aussi centrale et on pourra s’interroger sur le rôle de l’appartenance religieuse comme marqueur de respectabilité et de prestige social, pour des individus avantagés ou désavantagés sur le plan matériel.

Les « styles » de congrégation ou de pratique religieuse pourront également être mis en lumière. Il s’agira de comprendre si les répertoires de prière, les sermons, la liturgie et la mise en scène religieuse se structurent selon le statut social (Sean McCloud, 2007). Dans la mesure où la plupart des travaux se concentrent sur la pratique religieuse populaire, on veillera à visibiliser également les pratiques des classes supérieures.

Enfin, on s’interrogera sur le rôle de l’appartenance de classe dans les reconfigurations contemporaines du religieux, en particulier sous l’angle du « bricolage » et des compétences distinctives qu’il mobilise : le « bricolage » religieux est-il l’apanage des classes supérieures ? Qui invente de nouvelles façons de vivre le religieux ? Et dans quelle mesure le rapport à l’altérité, qui inspire aujourd’hui un certain nombre d’appropriations personnelles de traditions religieuses « exotiques » (Véronique Altglas, 2014), est-il déterminé par la position sociale ?

Axe 3 – Catégories et luttes de classement

Un dernier axe, de nature plus épistémologique, interrogera l’usage des représentations et des catégories, et notamment la notion de « religion populaire » (qui avait beaucoup marqué les débats scientifiques au cours des années 1960-1970) ou de « religion par le bas » (Guy Duboscq, Bernard Plongeron & Daniel Robert, 1979 ; Serge Bonnet, 2016). Dans quels contextes utilise-t-on ces notions ? Faut-il les comprendre en relation avec une religion bourgeoise, aristocratique, cléricale ou savante dont elles constitueraient le contrepoint ? Les milieux populaires ont ainsi été accusés de déformer les systèmes de croyances et les pratiques orthodoxes, de préférer le « merveilleux » et l’« émotionnel » au « rationnel », en un mot de transformer la religion en superstition ou folklore. Le christianisme rural et populaire a par exemple longtemps été analysé comme porteur d’éléments « païens » ou agraires mal assimilés. Par ailleurs, certaines religions, comme le pentecôtisme et dans une certaine mesure l’islam, sont principalement associées aux classes populaires et aux catégories sociales dominées. Ces représentations sont-elles toujours vérifiées empiriquement ? Traduisent-elles aussi des logiques de classement, fondées par exemple sur l’opposition implicite entre, d’une part, la maîtrise de soi et la raison revendiquées par les dominants, et de l’autre, l’émotion et l’enthousiasme des dominés ?

L’enjeu des hiérarchies de classe internes à chaque religion, ainsi que leurs effets sur la production du savoir religieux et la définition de l’orthodoxie, question fréquemment soulevée dans le cas du judaïsme par exemple (Béatrice de Gasquet, 2012), sera aussi à prendre en compte.

Enfin, la question du « fondamentalisme » (et plus récemment celle de la « radicalisation »), longtemps décrit comme le fait de classes populaires non éduquées (alors même que les données empiriques ne vont pas toujours dans ce sens, voir Susan Harding, 1991) pourra être abordée.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer pour le 10 septembre 2017.

Doivent y figurer les nom et prénom de l’auteur, son institution de rattachement, son adresse e-mail, une courte notice biographique, le titre de la communication, l’axe de rattachement et un résumé d’une page précisant le contenu de la communication et les données mobilisées.

Elles sont à envoyer au format Word ou PDF à Anthony Favier (anthony.favier@live.com), Yannick Fer (yannick.fer@gsrl.cnrs.fr), Juliette Galonnier (juliette.galonnier@gmail.com), et Ana Perrin-Heredia (aperrinheredia@gmail.com).

Les auteurs recevront une notification au sujet de leur participation début octobre 2017.