Atelier 3. Genre, classe, race et… religion ? (23 mars 2018)

Le programme PSL “Agenda pour une sociologie critique des religions” tiendra son troisième atelier le 23 mars 2018 à Paris,  sur le thème Genre, classe, race et… religion ? L’intersectionnalité en questions.

23 mars 2018, 14h-18h

ENS – Salle R2-01

48, bd. Jourdan, 75014 Paris

L’intersectionnalité est un concept convoqué de façon à la fois croissante et hétérogène dans les champs académique et militant. En dépit d’une forte circulation internationale, il fait l’objet d’usages contrastés dans les sciences sociales francophones et anglophones (Chauvin & Jaunait, 2012), tout en suscitant de nombreux débats (McCall, 2005 ; Chauvin & Jaunait, 2015 ; Fassa, Lépinard & Roca i Escoda, 2016). Le concept connaît surtout une expansion certaine, à mesure que le traditionnel triptyque genre/classe/race se voit élargi à l’âge, à la sexualité et à la santé dans certains travaux. Qu’en est-il de la religion ? Des voix se font en effet entendre pour intégrer le religieux aux efforts de théorisation intersectionnelle (Lépinard, 2014 ; Weber, 2015). En rappelant que l’intérêt principal de l’intersectionnalité n’est pas de souscrire à une vision arithmétique et énumérative des formes de domination qui pèsent sur les individus, mais bien plutôt d’étudier l’imbrication des logiques catégorielles (Crenshaw, 2005 ; Ridgeway et Kricheli-Katz, 2013 ; Bentouhami, 2015) ainsi que la consubstantialité des rapports de pouvoir (Kergoat, 2009), cet atelier permettra d’interroger la place du religieux dans les théories intersectionnelles et de revenir sur les défis méthodologiques posés par ces dernières. L’analyse sociologique des religions, appréhendées à la fois comme systèmes normatifs et pratiques sociales quotidiennes, doit permettre de mieux tenir compte de l’importance des religions comme lieu de socialisation et d’incorporation des normes de genre et comme espace social d’expérimentation des rapports de pouvoir. A travers trois interventions qui feront dialoguer réflexion théorique et éléments empiriques, cet atelier propose d’étudier les apports et les limites, pour les sciences sociales des religions, de l’intersectionnalité et de montrer comment l’analyse du religieux pourrait enrichir ces approches intersectionnelles.

Programme de l’après-midi

14h-14h45. Sébastien Chauvin (professeur associé en études genre, CEG, ISS, Université de Lausanne). L’intersectionnalité contre l’intersection.

14h45-15h15. Discussion

15h15-16h. Simona Tersigini (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, Sophiapol). Un esprit pur par un corps pur. Vertu et écueils de la démarche intersectionnelle dans l’analyse du religieux en situation migratoire.

16h-16h30. Discussion

Pause

16h45-17h30. Sophie Rétif (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, IDEHE.S). Enjeux religieux, de classe et de genre dans des associations familiales catholiques.

17h30-18h. Discussion

Discutantes : Gwendoline Malogne-Fer et Juliette Galonnier

Pour télécharger le programme complet, incluant résumés et références bibliographiques, cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.