Enregistrements atelier 2 « Religion, inégalités sociales et rapports de classe »

Les enregistrements audio de deux des trois interventions lors de l’atelier 2 du programme, sur le thème Religion, inégalités sociales et rapports de classe, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur « enregistrement audio ».

Anne-Catherine Wagner (CESSP, Université Paris 1), Les usages sociologiques de la notion de classe sociale dans un contexte de mondialisation.

Résumé et biblio
Enregistrement audio

Véronique Altglas (Queen’s University Belfast), Ce que la lumière donne à Daren et Catherine : biens de salut et stratification sociale.

Résumé et biblio
Enregistrement audio

 

Atelier 2. Religion, inégalités sociales et rapports de classe (6 nov. 2017)

Le programme PSL « Agenda pour une sociologie critique des religions » tiendra son second atelier le 6 novembre 2017 à Paris,  sur le thème Religion, inégalités sociales et rapports de classe.

6 novembre 2017, 14h-18h

ENS – Salle R2-02

48, bd. Jourdan, 75014 Paris

En lien avec le colloque de l’association française de sciences sociales des religions (AFSR) de février 2018, qui portera sur « Religion et classes sociales », cet atelier vise à rouvrir la discussion sur l’articulation entre, d’une part, les pratiques ou les appartenances religieuses et, d’autre part, les rapports sociaux de domination et de distinction. La circulation mondiale des croyances et l’accent mis sur les processus contemporains d’individualisation du religieux ont pu laisser croire à un découplage entre expériences religieuses et déterminations sociales. Pour autant, les « bricolages » religieux eux-mêmes restent façonnés par « le poids des dispositions sociales différenciées et du capital culturel inégal des individus consommateurs » (Mary, 2001 : 30, Hervieu-Léger, 2001 : 127). Et, comme le souligne V. Altglas (ci-dessous), « les biens de salut promis par un même mouvement religieux ont différents effets sur les acteurs sociaux, en fonction du capital financier, culturel et social qu’ils possèdent initialement ». Au-delà des dynamiques de dispersion et d’individualisation des pratiques religieuses, on s’interrogera donc sur la manière dont la religion participe à la recomposition des rapports de pouvoir et des déterminations sociales, dans un contexte de mondialisation et de domination de l’économie néo-libérale.

Mary A., 2001, « En finir avec le bricolage ? », Archives de sciences sociales des religions 116, pp. 27-30.
Hervieu-Léger, D., 2001, La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.

Programme de l’après-midi

14h00-14h45 : Anne-Catherine Wagner (Paris I, CESSP), Les usages sociologiques de la notion de classe sociale dans un contexte de mondialisation. Résumé et biblio
14h45-15h15 : Discussion
15h15-16h00 : Véronique Altglas (Queen’s University, Belfast), Ce que la lumière donne à Daren et Catherine : biens de salut et stratification sociale. Résumé et biblio
16h00-16h30 : Discussion
(Pause)
16h45-17h30 : Ana Perrin-Heredia (CNRS, CURAPP-ESS), Éthique musulmane et esprit populaire honorable : une rencontre miraculeuse ? Résumé et biblio
17h30-18h00 : Discussion

Discutante : Céline Béraud (EHESS, CESOR).

Appel à communications : religion et classes sociales

« Religion et classes sociales »

Appel à communications pour le colloque de l’AFSR

Paris, 5-6 février 2018

 Organisateurs :
Anthony FAVIER, docteur en histoire contemporaine (chercheur associé LARHRA)
Yannick FER, chargé de recherche CNRS (GSRL)
Juliette GALONNIER, docteure en sociologie (OSC/Sciences Po)
Ana PERRIN-HEREDIA, chargée de recherche CNRS (CURAPP-ESS)

Depuis la critique marxiste de la religion comme « opium du peuple » jusqu’aux réflexions de Pierre Bourdieu sur les fonctions sociales du religieux, sans oublier les liens établis par Max Weber entre religion, classe et statut, le rapport entre religion et classe a longtemps constitué un questionnement classique des sciences sociales. À la faveur des théories de la moyennisation et du déclin des sciences sociales d’inspiration marxiste, les interrogations sur le rôle de l’appartenance de classe sont toutefois peu à peu tombées en désuétude. L’accent mis sur les processus contemporains d’individualisation du religieux a pu faire oublier le poids des déterminants sociaux et laisser croire à une sorte d’autonomisation des expériences religieuses (ou « spirituelles ») vis-à-vis des structures sociales. Par ailleurs, l’intégration à l’analyse du religieux de nouvelles dimensions, notamment celles du genre, de la migration, ou de l’ethnicité ont fait passer au second plan la question des classes sociales. Sans remettre en cause l’apport évident des recherches recourant à d’autres catégories d’analyse du monde social, ni dénier l’influence décisive des dynamiques d’individualisation dans le domaine religieux, ce colloque propose de porter un nouveau regard sur les questions de classe, en revisitant les analyses classiques à la lumière des travaux actuels.

En dehors du champ des sciences sociales du religieux, la recherche sur les classes sociales est en effet en plein essor. Les nombreuses enquêtes empiriques, d’inspiration ethnographique pour l’essentiel, tout comme les vigoureux débats qu’occasionne la construction d’une statistique européenne ont invité à repenser les classes sociales. La focale s’est ainsi progressivement élargie de la scène professionnelle à l’ensemble des scènes sociales. Cette attention nouvelle portée aux styles de vie s’est en outre combinée à la prise en compte de leur inscription et de leur différenciation territoriales (et leurs effets sur la construction relationnelle des classes sociales à travers les phénomènes de ségrégation spatiale). Toutefois, les travaux portant sur les classes sociales (milieux ouvriers, grande bourgeoisie) tendent à passer sous silence leurs pratiques religieuses. Ce colloque est né de la conviction que le renouvellement des approches sur les classes sociales peut contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes religieux tout comme le religieux est susceptible de constituer une perspective heuristique dans l’analyse de la stratification sociale.

Le colloque se tiendra les 5 et 6 février 2018 à Paris et donnera lieu à une publication. Nous sollicitons des communications issues de toutes disciplines en sciences sociales, mobilisant des analyses aussi bien qualitatives que quantitatives, et analysant le religieux sous toutes ses formes. Nous veillerons à ce que la diversité des terrains religieux et des aires culturelles et géographiques soit représentée. Les communications pourront s’articuler autour de l’un des trois axes suivants :

Axe 1 – Légitimation ou subversion : le rôle de la religion dans la reproduction ou le renversement des inégalités de classe

Les religions produisent des discours sur l’ordre établi et les structures sociales. Elles fournissent aux croyants des outils d’interprétation du monde, et notamment des inégalités. Historiquement, elles ont pu être mobilisées pour légitimer ces inégalités (théodicée du malheur pour les plus démunis ; théodicée du bonheur pour les mieux lotis) ou au contraire les subvertir (théologie de la libération). Comment les croyants retraduisent-ils leur position de classe en termes religieux ? Quel est le rôle du religieux dans les mobilisations sociales ? La religion, comme représentation symbolique de la réalité, peut-elle contribuer à la modifier ? On s’interrogera sur la façon dont le couple légitimation/subversion se reconfigure dans la pratique contemporaine du religieux. À cet égard, la question de l’éducation religieuse et de l’école comme instance de reproduction des hiérarchies sociales pourra être étudiée.

Axe 2 – Les déterminants sociaux du religieux

Nous chercherons à savoir si les biens religieux se structurent par milieux sociaux. Max Weber avait identifié des affinités électives entre la position sociale des individus ou des groupes et leurs croyances. Les conditions matérielles d’existence continuent-elles de déterminer les préférences religieuses ? Dans cette optique, on pourra s’interroger sur la façon dont les réseaux de sociabilité, liés en grande partie au milieu social et à l’ancrage territorial, viennent structurer les options religieuses. Le thème de la mobilité sociale (ascendante ou descendante) pourra notamment être exploré : les changements de statut social ou résidentiel peuvent-ils influer sur les pratiques religieuses ? Le changement d’appartenance religieuse et l’incorporation de nouvelles normes éthiques peuvent-ils contribuer à des trajectoires d’ascension sociale, ou participer au contraire à des formes de déclassement ?

La question de la distinction est aussi centrale et on pourra s’interroger sur le rôle de l’appartenance religieuse comme marqueur de respectabilité et de prestige social, pour des individus avantagés ou désavantagés sur le plan matériel.

Les « styles » de congrégation ou de pratique religieuse pourront également être mis en lumière. Il s’agira de comprendre si les répertoires de prière, les sermons, la liturgie et la mise en scène religieuse se structurent selon le statut social (Sean McCloud, 2007). Dans la mesure où la plupart des travaux se concentrent sur la pratique religieuse populaire, on veillera à visibiliser également les pratiques des classes supérieures.

Enfin, on s’interrogera sur le rôle de l’appartenance de classe dans les reconfigurations contemporaines du religieux, en particulier sous l’angle du « bricolage » et des compétences distinctives qu’il mobilise : le « bricolage » religieux est-il l’apanage des classes supérieures ? Qui invente de nouvelles façons de vivre le religieux ? Et dans quelle mesure le rapport à l’altérité, qui inspire aujourd’hui un certain nombre d’appropriations personnelles de traditions religieuses « exotiques » (Véronique Altglas, 2014), est-il déterminé par la position sociale ?

Axe 3 – Catégories et luttes de classement

Un dernier axe, de nature plus épistémologique, interrogera l’usage des représentations et des catégories, et notamment la notion de « religion populaire » (qui avait beaucoup marqué les débats scientifiques au cours des années 1960-1970) ou de « religion par le bas » (Guy Duboscq, Bernard Plongeron & Daniel Robert, 1979 ; Serge Bonnet, 2016). Dans quels contextes utilise-t-on ces notions ? Faut-il les comprendre en relation avec une religion bourgeoise, aristocratique, cléricale ou savante dont elles constitueraient le contrepoint ? Les milieux populaires ont ainsi été accusés de déformer les systèmes de croyances et les pratiques orthodoxes, de préférer le « merveilleux » et l’« émotionnel » au « rationnel », en un mot de transformer la religion en superstition ou folklore. Le christianisme rural et populaire a par exemple longtemps été analysé comme porteur d’éléments « païens » ou agraires mal assimilés. Par ailleurs, certaines religions, comme le pentecôtisme et dans une certaine mesure l’islam, sont principalement associées aux classes populaires et aux catégories sociales dominées. Ces représentations sont-elles toujours vérifiées empiriquement ? Traduisent-elles aussi des logiques de classement, fondées par exemple sur l’opposition implicite entre, d’une part, la maîtrise de soi et la raison revendiquées par les dominants, et de l’autre, l’émotion et l’enthousiasme des dominés ?

L’enjeu des hiérarchies de classe internes à chaque religion, ainsi que leurs effets sur la production du savoir religieux et la définition de l’orthodoxie, question fréquemment soulevée dans le cas du judaïsme par exemple (Béatrice de Gasquet, 2012), sera aussi à prendre en compte.

Enfin, la question du « fondamentalisme » (et plus récemment celle de la « radicalisation »), longtemps décrit comme le fait de classes populaires non éduquées (alors même que les données empiriques ne vont pas toujours dans ce sens, voir Susan Harding, 1991) pourra être abordée.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer pour le 10 septembre 2017.

Doivent y figurer les nom et prénom de l’auteur, son institution de rattachement, son adresse e-mail, une courte notice biographique, le titre de la communication, l’axe de rattachement et un résumé d’une page précisant le contenu de la communication et les données mobilisées.

Elles sont à envoyer au format Word ou PDF à Anthony Favier (anthony.favier@live.com), Yannick Fer (yannick.fer@gsrl.cnrs.fr), Juliette Galonnier (juliette.galonnier@gmail.com), et Ana Perrin-Heredia (aperrinheredia@gmail.com).

Les auteurs recevront une notification au sujet de leur participation début octobre 2017.

Enregistrements atelier 1 « Néolibéralisme et religion »

Les enregistrements audio de trois des quatre interventions lors de l’atelier 1 du programme, sur le thème Néolibéralisme et religion, sont désormais accessibles en ligne. Pour les écouter, cliquez simplement sur « enregistrement audio ».

Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Croyances économiques et croyances religieuses : retours sur un débat ancien.
Résumé et biblio
Enregistrement audio

 

Philippe Gonzalez (UNIL, Thema), S’enrichir pour imposer l’hégémonie chrétienne: le marché, les apôtres charismatiques et Trump.
Résumé et biblio
Enregistrement audio

 

Florence Bergeaud-Blackler (CNRS, IREMAM), Le marché halal ou l’alliance du fondamentalisme religieux et du néo-libéralisme.
Résumé et biblio
Enregistrement audio

 

 

 

Le programme Agenda au congrès de la SISR 2017

Notre programme « Agenda pour une sociologie critique des religions » organise deux sessions dans le cadre du prochain congrès de la Société internationale de sociologie des religions, à Lausanne.

Voici le programme de ces sessions :

Session du mercredi 5 juillet, 13:30 à 15:00 (salle ANT 5060)

Des pratiquants aux praticiens : l’instrumentalisation du croire.
Sylvaine Derycke
Athlète pendant près de 20 ans, j’ai mené une enquête auprès de sportifs de haut niveau en athlétisme, dans leur quotidien à l’INSEP et en compétition. Il s’agissait de décrire et d’analyser in situ les pratiques rituelles et les croyances qui émergent en situation de compétition afin d’en saisir les conditions d’émergence. Il s’avère que la pratique sportive est intimement reliée à la pratique religieuse. Le croire se voit (re)configuré en fonction des nécessités de la pratique sportive : il est au service d’un « corps augmenté ». La pratique sportive les amène à modifier leur foi, à bricoler un dispositif religieux ad hoc qui doit être rentable : il s’agit de tout mobiliser – le physique, le mental, une transcendance – en vue de la performance. Les rituels sont insérés dans une préparation mentale spécifique afin d’accéderà un état idéal de performance. Si les pratiques rituelles peuvent certes offrir une résolution des besoins des sportifs, là n’est pas la cause de leur émergence. C’est conjointement une logique d’optimisation des éléments menant à la performance et l’idéologie du dépassement de soi, induisant une transformation psychique de l’athlète, qui seraient à l’origine de l’émergence d’une trame gestuelle et/ou de la référence à du symbolique, dans le but d’accroître le sentiment de confiance en soi. L’héritage religieux est donc bien présent mais il ne s’exprime que parce qu’il est réactivé par des logiques contemporaines qui en modifient radicalement la portée symbolique et les effets sociaux.

“Initiative” as a Way of Organising Religion
Julia Uhlik
Today a broad range of activities in the context of the Roman-Catholic Church are associated with “initiatives“: conducting a service in one’s private living room, mobilising against church officials in online platforms or even the papal critics on the church apparatus. There lies a great heterogeneity in the ways, how and by whom initiatives are set up, how broad they express their concerns, how covertly or candidly they act and how desirable or planned they are on the church leadership side. This diversity has also fragmented the discourse: Initiatives are always reviewed as separate cases in need of explanation, but rarely discussed cohesively. Still the question has not been addressed if separate debates can be bundled up and traced back to the same points of reference. Is it possible to gain something like a very essential understanding of initiatives?
This paper develops such a fundamental view on initiatives. It is based on 34 qualitative interviews with two groups in the Archdiocese of Vienna: One group consists of adults in different professional areas, the other group involves adolescents in the context of the youth service initiative « findfightfollow ». » The 7 identified types of protagonists (Clerical Executives, Anti-Clerical Executives, Straights, Strategists, Guardians, Authentics and Contemplatives) do not think so differently as they might assume. Initiatives reassign responsibilities via stereotypes thus helping the protagonists to adapt to the highly fragmented, bureaucratised institutional conditions. Simple schemes like “liberal“ versus “conservative“ prove to be inapplicable and can be resolved in a differentiated sociological perspective.

Qu’est-ce qu’être « catholique » ? La dimension socialisante de l’engagement rituel
Daphné Le Roux
Penser un « retour du social » en sociologie des religions ne se résume pas nécessairement à postuler que ce sont des facteurs socio-économiques qui causent ou expliquent les différentes formes d’engagement religieux. À partir d’un terrain de deux ans sur le rituel de mariage catholique en Ile de France, nous voudrions repenser l’articulation entre social et religieux. Les fiancés choisissant de se marier catholiquement n’ont pas nécessairement des profils socio-économiques homogènes, et pourtant, leur engagement religieux les amène à se reconnaître et s’identifier comme faisant partie d’un groupe semblable.
Notre hypothèse est que l’étude ethnographique des dispositifs rituels dans lesquels sont pris les fidèles permet de mieux saisir comment les activités religieuses cadrent et façonnent un type d’expérience subjective partagé par ceux qui s’y engagent – expérience commune qui constituera ensuite un facteur de socialisation particulier. Il devient alors possible de penser l’engagement rituel comme favorisant l’affiliation à un groupe aux frontières complexes (les « catholiques ») et de déterminer ce qui fait l’unité de ce groupe. L’expérience religieuse n’est pas irréductiblement « religieuse » : elle est éminemment sociale, dans la mesure où elle détermine l’appartenance à des groupes.
Notre hypothèse est que, plutôt que de partir du social pour analyser comment il détermine l’engagement religieux, il est possible de partir des logiques internes au rituel pour comprendre à nouveaux frais les logiques qui président à la constitution de groupes sociaux se reconnaissant comme tels, et de se doter de catégories pour penser la nature des groupes religieux.

Session du mercredi 5 juillet, 15:30 à 17:00 (salle ANT 5060)

Pentecôtisme et mouvement social au Nord-Est du Brésil
David simbsler
Il s’agit d’exposer les premiers résultats d’une recherche de doctorat en anthropologie, portant sur l’engagement de sujets pentecôtistes dans les mouvements sociaux d’occupation des anciennes plantations de canne à sucre, à l’ouest de Recife. Les récents événements politiques au Brésil ont remis au goût du jour l’équation «pentecôtisme=conservatisme ». Pourtant, l’essentiel des militants mobilisés par le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre à Recife, pour organiser des actions collectives parfois radicales, sont membres de congrégations pentecôtistes, et participent à des « campements » visant à obtenir l’expropriation de deux anciennes plantations afin d’y vivre en travaillant la terre. Pour résoudre ce paradoxe (apparent), il semble pertinent de ne pas isoler « le » religieux comme catégorie séparée du politique et/ou de l’économique, mais bien de le réinscrire, grâce à la radicalité de la démarche ethnographique, dans les pratiques quotidiennes de vie des travailleurs de la canne à sucre. Alors que la sociologie du pentecôtisme associe habituellement ce phénomène à l’individualisation, à la conversion, à l’urbanisation, notre ethnographie, centrée sur les habitants de ces plantations et leurs maisons, met en évidence le rôle des Églises (Assemblée de Dieu) implantées dans ce monde rural depuis la seconde moitié du XXe siècle, et des groupes de parenté, membres depuis plusieurs générations. L’étude pionnière de Sidney Mintz (1960) sur les travailleurs de canne soulignait déjà ce rapport singulier entre militantisme et pentecôtisme, et l’histoire des mobilisations dans la région atteste également de la présence pentecôtiste dans les Ligues paysannes avant le coup d’Etat.

Dire sa conversion à l’islam. Les modalités du « coming out » religieux en France et aux Etats- Unis.
Juliette Galonnier
A partir d’entretiens biographiques réalisés auprès de 80 converti-e-s à l’islam en France et aux Etats-Unis et d’observations ethnographiques dans des associations de convertis à Paris et Chicago, cette communication propose d’explorer les modalités du « coming out » religieux de part et d’autre de l’Atlantique. Les convertis rencontrés souscrivent au registre de l’individualisme religieux et recourent à trois répertoires de justification pour expliquer leur conversion : rationnel, inspiré, civique. Dans tous ces cas, ils se présentent comme des acteurs libres et autodéterminés, pleinement maîtres de leur choix, indépendants de toute influence. La rhétorique individualiste s’enraye toutefois lorsqu’il s’agit d’annoncer sa conversion aux proches et à l’entourage. Les convertis sont alors prisonniers des registres conversationnels mis à leur disposition. Alors qu’aux Etats-Unis, pays où la religion est un sujet de conversation banal et le changement de religion courant, le « coming out » se fait de façon souple, il s’effectue de façon beaucoup plus heurtée dans le contexte français. Ne disposant ni du vocabulaire ni de l’espace interactionnel requis pour expliquer leur choix religieux, les convertis et leurs familles s’enlisent dans des allusions, des non-dits, des secrets, qui peuvent durer plusieurs années. D’autres préfèrent minimiser leur agentivité religieuse, en faisant croire à leurs parents qu’ils se sont convertis pour quelqu’un, au prix d’une contradiction flagrante avec l’individualisme triomphant de leur récit de conversion. Les façons de dire le religieux sont ainsi structurées par les répertoires nationaux propres à chaque pays, issus de l’histoire et affectant durablement les expériences individuelles contemporaines.

Questions de genre et l’enseignement de sociologie
Maria-José Rosado
Cette communication présente les résultats partiels de la recherche intitulée Education, Sciences humaines, sexe, féminisme et citoyenneté. La recherche travaille l’inclusion dans l’enseignement de Sociologie des questions contemporaines liées à l’inégalité, la discrimination, les droits fondamentaux, en particulier en ce qui concerne les femmes. La recherche a analysé la présence de la critique féministe des inégalités entre les sexes dans l’éducation de base, spécifiquement à l’école secondaire à l’État de São Paulo. En 2007, le gouvernement de l’État de Sao Paulo a proposé un nouveau programme pour l’enseignement secondaire, avec le développement de matériels pédagogiques spécifiques pour toutes les disciplines, y compris la sociologie. La recherche a analysé la façon dont la religion est abordée dans la discipline, avec le regard critique du genre, à partir de l’analyse des Cahiers de Sociologie, préparés par le Secrétariat de l’Éducation Gouvernement de l’Etat de São Paulo, destinés aux enseignants/tes de la discipline..

Les questions suivantes ont été travaillées: Quelles sont les conceptions de sexe, féminisme, sexualité et d’autres marqueurs de différences et d’inégalités présentes dans Cahiers ? Comment la religion est articulée à ces questions? Comment le sexe, le féminisme et la religion apparaissent dans le matériau sélectionné. Sont-ils articulés à la conscience critique de citoyenneté, comme problématique dans le contexte contemporain? Est-ce qu’il y a références aux auteurs/es classiques du féminisme et des auteurs/es brésiliens/ennes de la théorie féministe?

Atelier 1. Néolibéralisme et religion (22 juin 2017)

Le programme PSL « Agenda pour une sociologie critique des religions » tiendra son premier atelier le 22 juin 2017 à Paris,  sur le thème Néolibéralisme et religion.

22 Juin 2017, 10h-16h30

ENS – Salle R2-02

48, bd. Jourdan, 75014 Paris

En prenant pour hypothèse que le néolibéralisme, davantage qu’un système économique, est un mode général de régulation des existences humaines (Pierre Dardot, Christian Laval, 2010 ; David Harvey 2007; Thomas Lemke 2001), une configuration historique déterminant des rapports de domination et un mode de vie spécifique, cet atelier vise à questionner la place de la religion à l’intérieur d’une telle configuration. Par là, notre objectif n’est pas de mesurer simplement les effets de l’économie sur la religion. Il s’agit plutôt de nous interroger sur les différentes modalités de reformulation du religieux dans le contexte de pratiques politiques et économiques qui promeuvent un individu entrepreneur et responsable de lui-même, tout en érodant la prise en charge collective de celui-ci. Il ne s’agit donc pas de réduire les comportements religieux à de l’économie religieuse en étendant sans précaution la théorie du marché au champ des faits religieux (Lionel Obadia, 2013 ; Philippe Gonzalez) ; ni de considérer que l’idéologie néolibérale ne doit sa domination qu’à la production d’une nouvelle « croyance » économique (Frédéric Lebaron, 2000).

Suivant la perspective définie par le programme PSL « Agenda pour une sociologie critique des religions », qui vise à réinscrire le religieux dans le social, nous chercherons à mieux cerner les logiques d’affinité, les tensions et les analogies qui relient les différentes formes de recompositions religieuses à un contexte sociopolitique profondément travaillé par la pénétration des logiques néolibérales (Jesús García Ruiz, Patrick Michel : 2012 ; Florence Bergeaud-Blackler, 2017). Une telle approche suppose de dépasser les cloisonnements disciplinaires, tout en ouvrant la sociologie des religions sur les débats plus larges des sciences sociales, dans le cadre d’un dialogue avec l’anthropologie, l’histoire, les sciences économiques et les sciences politiques.

Bibliographie
Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte, 2010.
David Harvey, A brief history of Neoliberalism. Oxford, Oxford University Press, 2007.
Thomas Lemke, “The Birth of ‘Bio-Politics’: Michel Foucault’s Lecture at the Collège de France on Neo-Liberal Governmentality.” Economy & Society 2001, 30(2): 190-207.
Lionel Obadia, La marchandisation de Dieu. L’économie religieuse, Paris, CNRS Editions, 2013.
Frédéric Lebaron, La croyance économique, Paris, Seuil, 2000.
Jesús García Ruiz, Patrick Michel, Et Dieu sous-traita le salut au marché, Paris, Armand Colin, 2012.
Florence Bergeaud-Blackler, Le marché halal ou l’invention d’une tradition, Paris, Le Seuil, 2017.

Programme de la journée

10h00-10h45 : Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Croyances économiques et croyances religieuses : retours sur un débat ancien. Résumé et biblio
10h45-11h30 : Philippe Gonzalez (UNIL, Thema), S’enrichir pour imposer l’hégémonie chrétienne: le marché, les apôtres charismatiques et Trump. Résumé et biblio
11h30-12h30 : Discussion
Pause (12h30 – 14h00)
14h00-14h45 : Florence Bergeaud-Blackler (CNRS, IREMAM), Le marché halal ou l’alliance du fondamentalisme religieux et du néo-libéralisme. Résumé et biblio
14h45-15h30 : Lionel Obadia (Université Lyon 2, LARHRA), « Marchandisation du sacré » ? du bon usage d’une mauvaise métaphore, et vice-versa. Résumé et biblio
15h30-16h30 : Discussion

Discutant : Patrick Michel (CNRS-EHESS, Centre Maurice Halbwachs).

Présentation

Ce carnet vise à rendre compte des activités du programme PSL « Agenda pour une sociologie critique des religions » (ACSREL). L’objectif de ce programme, qui prévoit notamment l’organisation au cours des trois prochaines années d’ateliers et de journées d’études, est de réfléchir aux enjeux théoriques et méthodologiques d’un « retour du social » en sociologie des religions. Il s’agit d’ouvrir la sociologie des faits religieux sur les débats plus généraux des sciences sociales, en s’interrogeant sur ce qui relient les terrains religieux aux évolutions plus larges de la société et en relativisant toute distinction ontologique entre faits sociaux et faits religieux. Nous nous intéressons en particulier aux conditions de la réflexivité en terrain religieux et à trois notions qui rejoignent les débats de la sociologie générale : institution, individualisation, (post)sécularisation. Ce travail se fait en dialogue avec l’anthropologie, l’histoire et les sciences politiques.
Ce carnet s’adresse à tous les chercheurs et étudiants qui, confrontés sur leurs terrains de recherche à des objets religieux, cherchent des outils théoriques et méthodologiques pour en rendre compte du point de vue des sciences sociales.