Le programme Agenda au congrès de la SISR 2017

Notre programme « Agenda pour une sociologie critique des religions » organise deux sessions dans le cadre du prochain congrès de la Société internationale de sociologie des religions, à Lausanne.

Voici le programme de ces sessions :

Session du mercredi 5 juillet, 13:30 à 15:00 (salle ANT 5060)

Des pratiquants aux praticiens : l’instrumentalisation du croire.
Sylvaine Derycke
Athlète pendant près de 20 ans, j’ai mené une enquête auprès de sportifs de haut niveau en athlétisme, dans leur quotidien à l’INSEP et en compétition. Il s’agissait de décrire et d’analyser in situ les pratiques rituelles et les croyances qui émergent en situation de compétition afin d’en saisir les conditions d’émergence. Il s’avère que la pratique sportive est intimement reliée à la pratique religieuse. Le croire se voit (re)configuré en fonction des nécessités de la pratique sportive : il est au service d’un « corps augmenté ». La pratique sportive les amène à modifier leur foi, à bricoler un dispositif religieux ad hoc qui doit être rentable : il s’agit de tout mobiliser – le physique, le mental, une transcendance – en vue de la performance. Les rituels sont insérés dans une préparation mentale spécifique afin d’accéderà un état idéal de performance. Si les pratiques rituelles peuvent certes offrir une résolution des besoins des sportifs, là n’est pas la cause de leur émergence. C’est conjointement une logique d’optimisation des éléments menant à la performance et l’idéologie du dépassement de soi, induisant une transformation psychique de l’athlète, qui seraient à l’origine de l’émergence d’une trame gestuelle et/ou de la référence à du symbolique, dans le but d’accroître le sentiment de confiance en soi. L’héritage religieux est donc bien présent mais il ne s’exprime que parce qu’il est réactivé par des logiques contemporaines qui en modifient radicalement la portée symbolique et les effets sociaux.

“Initiative” as a Way of Organising Religion
Julia Uhlik
Today a broad range of activities in the context of the Roman-Catholic Church are associated with “initiatives“: conducting a service in one’s private living room, mobilising against church officials in online platforms or even the papal critics on the church apparatus. There lies a great heterogeneity in the ways, how and by whom initiatives are set up, how broad they express their concerns, how covertly or candidly they act and how desirable or planned they are on the church leadership side. This diversity has also fragmented the discourse: Initiatives are always reviewed as separate cases in need of explanation, but rarely discussed cohesively. Still the question has not been addressed if separate debates can be bundled up and traced back to the same points of reference. Is it possible to gain something like a very essential understanding of initiatives?
This paper develops such a fundamental view on initiatives. It is based on 34 qualitative interviews with two groups in the Archdiocese of Vienna: One group consists of adults in different professional areas, the other group involves adolescents in the context of the youth service initiative « findfightfollow ». » The 7 identified types of protagonists (Clerical Executives, Anti-Clerical Executives, Straights, Strategists, Guardians, Authentics and Contemplatives) do not think so differently as they might assume. Initiatives reassign responsibilities via stereotypes thus helping the protagonists to adapt to the highly fragmented, bureaucratised institutional conditions. Simple schemes like “liberal“ versus “conservative“ prove to be inapplicable and can be resolved in a differentiated sociological perspective.

Qu’est-ce qu’être « catholique » ? La dimension socialisante de l’engagement rituel
Daphné Le Roux
Penser un « retour du social » en sociologie des religions ne se résume pas nécessairement à postuler que ce sont des facteurs socio-économiques qui causent ou expliquent les différentes formes d’engagement religieux. À partir d’un terrain de deux ans sur le rituel de mariage catholique en Ile de France, nous voudrions repenser l’articulation entre social et religieux. Les fiancés choisissant de se marier catholiquement n’ont pas nécessairement des profils socio-économiques homogènes, et pourtant, leur engagement religieux les amène à se reconnaître et s’identifier comme faisant partie d’un groupe semblable.
Notre hypothèse est que l’étude ethnographique des dispositifs rituels dans lesquels sont pris les fidèles permet de mieux saisir comment les activités religieuses cadrent et façonnent un type d’expérience subjective partagé par ceux qui s’y engagent – expérience commune qui constituera ensuite un facteur de socialisation particulier. Il devient alors possible de penser l’engagement rituel comme favorisant l’affiliation à un groupe aux frontières complexes (les « catholiques ») et de déterminer ce qui fait l’unité de ce groupe. L’expérience religieuse n’est pas irréductiblement « religieuse » : elle est éminemment sociale, dans la mesure où elle détermine l’appartenance à des groupes.
Notre hypothèse est que, plutôt que de partir du social pour analyser comment il détermine l’engagement religieux, il est possible de partir des logiques internes au rituel pour comprendre à nouveaux frais les logiques qui président à la constitution de groupes sociaux se reconnaissant comme tels, et de se doter de catégories pour penser la nature des groupes religieux.

Session du mercredi 5 juillet, 15:30 à 17:00 (salle ANT 5060)

Pentecôtisme et mouvement social au Nord-Est du Brésil
David simbsler
Il s’agit d’exposer les premiers résultats d’une recherche de doctorat en anthropologie, portant sur l’engagement de sujets pentecôtistes dans les mouvements sociaux d’occupation des anciennes plantations de canne à sucre, à l’ouest de Recife. Les récents événements politiques au Brésil ont remis au goût du jour l’équation «pentecôtisme=conservatisme ». Pourtant, l’essentiel des militants mobilisés par le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre à Recife, pour organiser des actions collectives parfois radicales, sont membres de congrégations pentecôtistes, et participent à des « campements » visant à obtenir l’expropriation de deux anciennes plantations afin d’y vivre en travaillant la terre. Pour résoudre ce paradoxe (apparent), il semble pertinent de ne pas isoler « le » religieux comme catégorie séparée du politique et/ou de l’économique, mais bien de le réinscrire, grâce à la radicalité de la démarche ethnographique, dans les pratiques quotidiennes de vie des travailleurs de la canne à sucre. Alors que la sociologie du pentecôtisme associe habituellement ce phénomène à l’individualisation, à la conversion, à l’urbanisation, notre ethnographie, centrée sur les habitants de ces plantations et leurs maisons, met en évidence le rôle des Églises (Assemblée de Dieu) implantées dans ce monde rural depuis la seconde moitié du XXe siècle, et des groupes de parenté, membres depuis plusieurs générations. L’étude pionnière de Sidney Mintz (1960) sur les travailleurs de canne soulignait déjà ce rapport singulier entre militantisme et pentecôtisme, et l’histoire des mobilisations dans la région atteste également de la présence pentecôtiste dans les Ligues paysannes avant le coup d’Etat.

Dire sa conversion à l’islam. Les modalités du « coming out » religieux en France et aux Etats- Unis.
Juliette Galonnier
A partir d’entretiens biographiques réalisés auprès de 80 converti-e-s à l’islam en France et aux Etats-Unis et d’observations ethnographiques dans des associations de convertis à Paris et Chicago, cette communication propose d’explorer les modalités du « coming out » religieux de part et d’autre de l’Atlantique. Les convertis rencontrés souscrivent au registre de l’individualisme religieux et recourent à trois répertoires de justification pour expliquer leur conversion : rationnel, inspiré, civique. Dans tous ces cas, ils se présentent comme des acteurs libres et autodéterminés, pleinement maîtres de leur choix, indépendants de toute influence. La rhétorique individualiste s’enraye toutefois lorsqu’il s’agit d’annoncer sa conversion aux proches et à l’entourage. Les convertis sont alors prisonniers des registres conversationnels mis à leur disposition. Alors qu’aux Etats-Unis, pays où la religion est un sujet de conversation banal et le changement de religion courant, le « coming out » se fait de façon souple, il s’effectue de façon beaucoup plus heurtée dans le contexte français. Ne disposant ni du vocabulaire ni de l’espace interactionnel requis pour expliquer leur choix religieux, les convertis et leurs familles s’enlisent dans des allusions, des non-dits, des secrets, qui peuvent durer plusieurs années. D’autres préfèrent minimiser leur agentivité religieuse, en faisant croire à leurs parents qu’ils se sont convertis pour quelqu’un, au prix d’une contradiction flagrante avec l’individualisme triomphant de leur récit de conversion. Les façons de dire le religieux sont ainsi structurées par les répertoires nationaux propres à chaque pays, issus de l’histoire et affectant durablement les expériences individuelles contemporaines.

Questions de genre et l’enseignement de sociologie
Maria-José Rosado
Cette communication présente les résultats partiels de la recherche intitulée Education, Sciences humaines, sexe, féminisme et citoyenneté. La recherche travaille l’inclusion dans l’enseignement de Sociologie des questions contemporaines liées à l’inégalité, la discrimination, les droits fondamentaux, en particulier en ce qui concerne les femmes. La recherche a analysé la présence de la critique féministe des inégalités entre les sexes dans l’éducation de base, spécifiquement à l’école secondaire à l’État de São Paulo. En 2007, le gouvernement de l’État de Sao Paulo a proposé un nouveau programme pour l’enseignement secondaire, avec le développement de matériels pédagogiques spécifiques pour toutes les disciplines, y compris la sociologie. La recherche a analysé la façon dont la religion est abordée dans la discipline, avec le regard critique du genre, à partir de l’analyse des Cahiers de Sociologie, préparés par le Secrétariat de l’Éducation Gouvernement de l’Etat de São Paulo, destinés aux enseignants/tes de la discipline..

Les questions suivantes ont été travaillées: Quelles sont les conceptions de sexe, féminisme, sexualité et d’autres marqueurs de différences et d’inégalités présentes dans Cahiers ? Comment la religion est articulée à ces questions? Comment le sexe, le féminisme et la religion apparaissent dans le matériau sélectionné. Sont-ils articulés à la conscience critique de citoyenneté, comme problématique dans le contexte contemporain? Est-ce qu’il y a références aux auteurs/es classiques du féminisme et des auteurs/es brésiliens/ennes de la théorie féministe?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.